Quelques brèves de Fabienne

 

S29 – 15 au 21 juillet 2019

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎞🎥 « Queen of hearts » (Dronningen) de May el-Toukhy avec Trine Dyrholm, Gustav Lindh et Magnus Krepper. 🇩🇰
Anne semble avoir sa vie en ordre. Elle est mariée avec Peter, un docteur, ils ont deux filles, elle a un bon travail et ils habitent une belle maison. Cependant, sa vie de la famille est perturbée lorsque Gustav, le fils de Peter issu d’un précédent mariage, vient vivre avec avec eux. Alors que Peter et Gustav se n’entendent pas vraiment bien, Anne établit rapidement un lien positif avec Gustav. Leur relation change lorsqu’elle risque tout en séduisant le jeune homme et qu’elle doit faire face à un choix aux conséquences inimaginables.
Thriller psychologique et érotique mettant en scène une liaison fatale entre une belle-mère et son beau-fils.
C’est une femme à la réalisation et, tout comme avec le film Sybil (dont j’ai parlé précédemment), la direction d’acteurs va loin, très loin. J’ai aimé cette femme manipulatrice qui ne recule devant rien pour protéger la vie qu’elle s’est construite, quitte à tout détruire. Ce long métrage a reçu plein de prix et c’est amplement mérité !

Voir ou revoir :

📀 « Ceux qui m’aiment prendront le train »  de Patrice Chéreau avec Valéria Bruni Tedeschi, Pascal Greggory, Jean-Louis Trintignant, Vincent Perez, …1998 🇫🇷
Un artiste peintre las, fils d’industriels de la chaussure, vient de mourir ; il tient à se faire enterrer à Limoges, lieu honni de ses origines.
Une famille éparpillée aux quatre vents de la vie se retrouve rassemblée sur le quai de la gare d’Austerlitz : direction Limoges, les funérailles. Tout est là ! Les dialogues sont fabuleux, les comédiens exceptionnels. Ce film est une merveille et reste, des années après l’avoir vu en salle et revu rerevu des dizaines de fois, un coup de ❤️ absolu.

📺 « Gentleman Jack  » de Sally Wainwright avec Sophie Rundle et Suranne Jones. S1, 8X52’. BBC 1 🇬🇧HBO 🇺🇸
Anne Lister, propriétaire terrienne homosexuelle, veut briser les conventions sociales et épouser une riche héritière nommée Ann Walker pendant la Révolution Industrielle, au grand dam de leurs familles respectives.
C’est anglais. C’est intelligent. C’est merveilleusement bien écrit. C’est beau. C’est en costume. C’est inspiré du Journal d’Anne Lister. Avec la créatrice d’Happy Valley aux commandes ET avec la comédienne de Docteur Foster, impossible d’être déçu(e)(s). Foncez ! Même les femmes sont des gentlemen ❤️🏳️‍🌈
Vivement la S2 !

Rattrapage pour vous :

📺 « Happy Valley  » de Sally Wainwright avec Sarah Lancashire, Siobhan Finneran et James Norton. 3 saisons. 18 X 50’ BBC1 🇬🇧
Dans la région des vallées du Yorkshire, Catherine Cawood, 47 ans, divorcée, deux enfants, exerce la fonction de sergent de police ; elle tente toujours de se remettre du suicide de sa fille survenu huit ans plus tôt. Alors qu’elle semble finalement reprendre le dessus, elle apprend que Tommy Lee Royce, l’homme qu’elle juge responsable de ce suicide, sort de prison ayant purgé une peine pour d’autres faits. Elle devient rapidement obsédée par l’idée de se confronter à lui, ignorant qu’il est impliqué dans une organisation criminelle visant à enlever une jeune femme afin d’en obtenir une rançon.
Les anglais ne sont pas loin de faire les meilleures séries du monde ! Happy Valley est un énorme coup de ❤️ ! Ne passez pas à côtés vous le regretteriez. 
Et venez me reparler de la dernière scène de la dernière saison…

📚 « Le ravin », de Joyce Carol Oates Edith Ochs édition 🇺🇸. L’Archipel / J’ai lu 🇫🇷.
Matt McBride n’était encore qu’un lycéen quand le corps mutilé de Marcey Mason fut retrouvé dans une zone marécageuse du New Jersey. À l’époque, il s’en était voulu de n’avoir pu empêcher cette tragédie. Vingt et un ans plus tard, Diana Zwolle disparaît sans laisser d’adresse. Et, une fois de plus, Matt connaît la disparue. Peut-être même mieux qu’il ne veut l’admettre… Peu à peu, le sentiment de culpabilité qui l’oppresse devient obsessionnel, jusqu’à mettre en péril son propre foyer et éveiller les soupçons de la police…
Ici l’auteur explore les codes du polar et nous suivons Matthias dans sa recherche effrénée de vérité. Il faut dire qu’il joue gros, très gros. 
Dans mon panthéon des romanciers américains. Chaque livre de Oates est un ravissement, un voyage. Elle aborde tous les genres avec un talent jamais démenti. Le Ravin n’est pas mon roman préféré mais je suis toujours heureuse de retrouver sa plume et triste de tourner la dernière page. Elle a reçu aux États-Unis de très nombreuses récompenses, dont le prestigieux National Book Award. 
Dans mon Top 3 : Blonde, Petite sœur mon amour et Les chutes.

Recevez mes chroniques par mail pour vous inspirer !

Une fois par semaine directement dans votre boîte mail.

Votre inscription a bien été prise en compte

Share This