Quelques brèves de Julie

 

 

S5 – 1er au 7 février 2021

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

📀  « La chute de l’empire américain », de Denys Arcand, avec Alexandre Landry, Maripier Morin, Pierre Curzi, 2018 🇨🇦

Quand le crime paie… Pierre-Paul Daoust est un intellectuel sans le sou. Pour gagner sa vie, il effectue des livraisons. Mais lors de l’une d’entre elles, il se retrouve malgré lui sur le lieu d’un hold up. Les voleurs mis en état de nuire, il récupère, sur un coup de tête, deux sacs de sport remplis de billets, une véritable fortune, une chance qu’il a su saisir… Mais que faire de cette somme astronomique convoitée par les criminels et les policiers à ses trousses ? Ignorant tout de ce milieu, il prend conseil auprès d’un repris de justice et d’une escorte girl. A eux trois, aidés d’un fiscaliste, truculent, ils mettent en place un astucieux mécanisme de blanchiment et viennent parallèlement en aide aux plus démunis… Cynique à souhait. Ce film fait suite à deux autres sur ce thème du même réalisateur : Les Invasions barbares (2003) et Le Déclin de l’empire américain (1986).
 
📺 « En thérapie » de Eric Toledano et Olivier Nakache, Mathieu Vadepied, Pierre Salvadori, Nicolas Pariser, avec Frédéric Pierrot, Mélanie Thierry, Reda Kateb, Céleste Brunnquell, Pio Marmai, Clémence Poésy, Carole Bouquet, 2021, 35 X 30’, Arte 🇫🇷
C’est la série du moment, dont tout le monde parle… Alors, vaut-elle la peine de s’y arrêter ? 1000 fois oui ! Je me suis laissée prendre dès les premières minutes, pour ne plus décrocher. Totalement addict ! Le concept est connu puisque les deux réalisateurs, qui s’essaient pour la première fois à ce format, ont adapté ici une série israélienne, elle-même adaptée aux États-Unis et toutes deux excellentes. Pas évident de passer après et innover. Pourtant, le pari me paraît tout à fait réussi. Même si l’on a vu les séries « initiales », l’originalité de cette adaptation est d’abord de la situer dans le contexte de la France. Ici, ce sont les attentats de novembre 2015 qui donnent le « la ». Chaque épisode de 30’ correspond à une séance chez le psychanalyste, formidable Frédéric Pierrot, doué d’écoute, de pertinence, de sensibilité, de justesse. Ses patients sont eux aussi géniaux, chacun dans leurs genres, avec un vrai coup de cœur pour Mélanie Thierry et Reda Kateb. Tous, psy compris, sont affectés à des degrés divers par le choc lié aux attentats. Et il faut bien tout le talent de Carole Bouquet pour analyser l’analyste et lui permettre de surmonter ses propres démons. “Quand on vient consulter, c’est qu’on a quelque chose à dire et quelque chose qu’on ne veut pas dire“. Gros coup de ❤️

📚 « Mister T et moi », de Elisa Rojas, La Belle Etoile, 2020🇫🇷

Tout commence par un coup de foudre : Elisa, étudiante, rencontre Mister T sur les bancs de la faculté de droit. Tous deux se lient d’amitié et, très vite, Elisa tombe éperdument amoureuse au point de fantasmer jour et nuit sur lui. Un amour qu’elle ne verbalise pas, des années durant, se satisfaisant tant bien que mal de discussions passionnées et de visites de musées. Et lorsqu’enfin, elle se déclare, elle se heurte alors à une réalité redoutée : son amour n’est pas réciproque. Une histoire qui pourrait être banale si Elisa ne souffrait pas de handicaps la contraignant à se mouvoir en fauteuil roulant et si l’objet de son amour n’était pas, quant à lui, valide…
Elisa Rojas signe ici un premier roman très largement autobiographique où elle questionne la relation amoureuse et la représentation d’une femme handicapée, pour elle-même et vis-à-vis de la société. Des causes qui tiennent à cœur à l’auteur, connue pour ses prises de position en faveur des personnes souffrant de handicaps. Chronique complète ici.
Siddharta
🎧 « Boomerang », France Inter, du lundi au vendredi à 9h10 en direct ou en replay, sous la forme de podcast, 30’

C’est LE podcast que j’écoute le plus régulièrement, quand je ne peux suivre l’émission en direct. 30’ de plaisir, un format parfait pour découvrir toutes sortes d’invités du monde de la culture qui se livrent intimement grâce au talent d’Augustin Trapenard. Il m’épate, passant de personnes si différentes lors de chaque émission avec toujours la même bienveillance, un intérêt communicatif et une émotion affleurant bon nombre d’émissions, révélant chacun de ses invités sous des jours parfois insoupçonnés, les mettant bien souvent en valeur sans complaisance. Fan absolue ! Et Barack Obama lundi !

Share This