Quelques brèves de Julie

 

S14 à 17 – 5 avril au 2 mai 2021

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

À voir ou à revoir :

📀  « Romuald et Juliette », de Coline Serreau, avec Daniel Auteuil, Firmine Richard, 1989 🇫🇷

S’il y a un film qui me donne le sourire à tous les coups, c’est celui-ci ! Romuald Blindet, interprété par Daniel Auteuil, dirige une société de produits laitiers en pleine expansion. Mais sa réussite suscite des envieux et ses deux plus proches collaborateurs complotent contre lui : l’un fait empoisonner la production de yaourts de l’entreprise afin qu’il soit condamné pour non-respect des normes sanitaires tandis que l’autre organise une opération boursière ayant pour but de le faire tomber pour délit d’initié. Côté personnel, il l’ignore mais la situation n’est pas enviable… Sa femme, désespérément seule dans son grand et chic appartement, délaissée pas ses deux ados et son mari, se console dans les bras d’un autre. Juliette quant à elle, une plantureuse antillaise mère de cinq enfants nés de cinq papas différents, fait des ménages de nuit dans la société de Romuald. Transparente aux yeux de tous, elle n’en demeure pas moins aux premières loges… Elle emploie toute son énergie à maintenir sa grande famille à bouts de bras. Une vie loin d’être simple : un appartement minuscule dans un HLM délabré, un fils ainé en manque de père et qui commence à mal tourner, des fins de mois difficiles…La nuit où Romuald voit le ciel lui tomber sur la tête, seul dans son bureau, Juliette est là et le laisse entrevoir qu’elle connait certains aspects de l’affaire. Poursuivi par la police, il se réfugie alors chez elle, le temps d’accumuler les preuves qui permettront de l’innocenter. Une complicité entre eux voit peu à peu le jour et Romuald est de plus en plus sensible à sa compagnie et à celle de ses enfants, mais ne se départit pas pour autant de son égoïsme. S’il n’a rien vu des trahisons dont il a fait l’objet et ne voit pas non plus à quel point le quotidien de Juliette est compliqué. Ce qu’elle saura assez vite lui faire observer : « Tu as de la gadoue plein les yeux ! ».
Une comédie romantique pleine de charme et d’humour, sur la différence et la tolérance : deux personnes que tout oppose – classes sociales, sexes, couleur de peau… – et qui se rencontrent, se trouvent, pour le meilleur ! En dépit des exagérations et petites invraisemblances, ce film porté par d’excellents acteurs demeure un vrai conte de fée. Coup de cœur ❤️
 
📺 « Le Serpent » de Richard Warlow et Toby Finlay, avec Tahar Rahim, Jenna Colemann, Netflix, 8X56’, 2021 🇬🇧
C’est la série inspirée de faits réels que Tahar Rahim rêvait de tourner après avoir lu la biographie de ce criminel lorsqu’il avait 16 ans : l’histoire de Charles Sobhraj qui, à Bangkok, au milieu des années 1970, se faisait passer pour un diamantaire. Avec la complicité de sa femme, la québécoise Marie-Andrée Leclerc, il revendait des pierres précieuses volées à des touristes. Après avoir drogué, volé et tué de jeunes hippies routards, ils leur subtilisaient leur passeport et leur argent. C’est au regard de ses talents de manipulateur et de ses célèbres évasions réussies qu’il fut surnommé le Serpent. Un diplomate néerlandais, alerté par la disparition d’un couple ressortissant des Pays-Bas, a commencé à enquêter, découvrant des indices le menant à Sobhraj… Acteur bluffant, Tahar Rahim est saisissant dans ce rôle glaçant de serial killer et, rien que pour lui, la série mérite d’être vue. Une performance d’acteur incroyable qui distille le malaise dès son apparition à l’écran. Je l’ai pourtant trouvée très lente à démarrer, et failli lâcher… et puis ai enchaîné les derniers épisodes, davantage prenants. Âgé aujourd’hui de 77 ans, Charles Sobhraj purge une peine de prison à vie au Népal.

 

 

 

📚 « La Nuit du premier jour », de Theresa Revay, Albin Michel, 2020 🇫🇷

Une femme éprise de liberté peut-elle, par amour pour un homme, abandonner son enfant ? Assurément non répondraient nombre de mères… Pourtant, c’est l’impossible choix que fit Blanche, jeune femme originaire de Beyrouth et mariée malgré elle par son père à un marchand de soies Lyonnais. « La nuit du premier jour » est son histoire et, aussi surprenant que cela puisse paraître, on parvient à la comprendre, grâce au talent de Theresa Revay dont je découvre la plume avec ce roman historique palpitant. Chronique complète ici
Siddharta
Share This