Quelques brèves de Julie

 

 

S16 – 20 au 26 avril 2020

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

💿 « Chanson douce »  de Lucie Borleteau, avec Karin Viard, Leila Bekhti, Antoine Reinartz, 2019 🇫🇷
Paul et Myriam, couple parisien bobo, ont deux enfants en bas âge. Myriam souhaite reprendre le travail et ils engagent donc Louise, une nounou expérimentée, qui sait les rassurer et paraît en tous points « parfaite ». Le dosage idéal entre autorité, complicité, la nounou inespérée. Mais très vite, ses réactions deviennent, particulières. Le couple s’en accommode plutôt bien, tant la nounou soulage leur quotidien. Mais le temps passant, ses bizarreries les alerte. Karin Viard est absolument géniale dans le rôle de cette nounou dont on connaît l’histoire puisque le film est l’adaptation du roman de Leila Slimani, Grand Prix des lectrices ELLE et Prix Goncourt 2016. Si le livre commence par le dénouement de l’intrigue, le film respecte davantage la chronologie et l’angoisse pour le spectateur n’en est que plus forte. Karin Viard, inquiétante et folle à souhait, dérange et on aurait envie de secouer les parents, les alerter pour que le pire redouté n’arrive pas. Adaptation très réussie …

À voir ou à revoir : 

📀 « Gone girl » de David Fincher, avec Ben Affleck et Rosamund Pike, 2014 🇺🇸
Le livre de Gillian Flynn « Les apparences » dont ce film est l’adaptation très réussie également, avait lui aussi été récompensé par le Grand Prix des Lectrices ELLE en 2013. Nick et Amy se sont rencontrés à New York, couple amoureux et complice, jusqu’à ce la crise économique survenue, Nick perde son travail. Ils déménagent alors dans le Missouri et rien ne va plus… Le film débute le jour de leur cinquième anniversaire de mariage. Nick rentre chez lui et Amy a disparu, l’état de la maison laissant présager d’un enlèvement. Mais, très vite, les soupçons de la bonne société, média aidant, vont se tourner vers Nick… Un engrenage infernal se met en place et le spectateur assiste impuissant, avec horreur, à la prise au piège de Nick. Ben Affleck campe parfaitement bien ce personnage mais j’avoue avoir un faible particulier pour Amy qui, comme Karin Viard, parvient à merveille à endosser un rôle aux multiples facettes… Un film (et un livre !) qu’on n’est pas près d’oublier  ❤️

📚 « Chanson douce », de Leila Slimani, Gallimard/Folio, 2016 🇫🇷
Quel bonheur que de ne plus avoir d’enfants à faire garder par une nourrice ! Quel soulagement de ne plus s’interroger pour savoir si l’on fait bien, de ne plus s’imposer de revenir à l’improviste chez soi de temps en temps pour vérifier que tout est sous contrôle, de ne plus se contraindre à se taire pour éviter une tension qui pourrait se reporter sur les enfants…
Et c’est nécessairement « sonné » que l’on ressort de la lecture de « Chanson douce » tant le livre de Leila Slimani résonne en chacun d’entre nous qui avons dû recourir à l’aide d’une nounou pour s’occuper des enfants à un moment de notre vie.
🔸
Dès le départ, tout est dit : « Le bébé est mort ». Après quelques pages d’une froideur extrême où est décrite la scène de crime, flashback quelques mois plus tôt. Suite de la chronique ici.

🧸📚 « Tout le bleu du ciel », de Mélissa da Costa, Carnets Nord/Le livre de poche, 2019 🇫🇷
Quelle jolie surprise que ce livre ! Je ressors de cette lecture heureuse, le sourire aux lèvres malgré un sujet difficile. Un sentiment assez proche de celui ressenti à la lecture du formidable « Changer l’eau des fleurs » de Valérie Perrin ! C’est vous dire !
🔸
Emile a 26 ans et le diagnostic vient de tomber : Alzheimer précoce. Une maladie dégénérative qui va lui laisser tout au plus deux années à vivre durant lesquelles ses facultés seront peu à peu diminuées jusqu’à l’issue ultime. Il y a bien un essai thérapeutique possible mais Emile s’y refuse et ne veut en aucun cas devenir une charge pour sa famille. Alors, sans rien leur dire, il préfère les quitter tant qu’il peut encore en décider et poste une petite annonce destinée à trouver un compagnon(ne) pour un ultime voyage à travers la France, en camping-car. Une réponse, celle de Joanne, qu’il retrouve un beau jour sur une aire d’autoroute. Ils ignorent absolument tout l’un de l’autre et vont pourtant partager leur quotidien. Chronique à lire ici.

Share This