Quelques brèves de Fabienne

 

S41 – 7 au 13 octobre 2019

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎞🎥 « Joker  » de Todd Philips avec Joaquim Phœnix, Frances Conroy, Robert DeNiro et Zazie Beets, 2019 🇺🇸.
Dans les années 1980, à Gotham City, Arthur Fleck, un comédien de stand-up raté est agressé alors qu’il ère dans les rues de la ville déguisé en clown. Méprisé de tous et bafoué, il bascule peu à peu dans la folie pour devenir le Joker, un dangereux tueur psychotique.
Ce film est une merveille ! C’est brillant ! La BO est dingue ! Joaquim Phœnix, l’un des comédiens les plus doués de sa génération, y est phénoménal. Le costume du Joker lui va comme un gant ! Coup de ❤️
Prix d’interprétation à Venise et j’espère qu’il remportera l’Oscar. Allez-y !

On reste dans la thématique super héros 🦸🏻‍♂️ anti-héros, mes préférés depuis toujours !

À voir ou revoir

📀 « The dark Knight  » de Christopher Nolan avec Christian Bale, le regretté Heath Ledger, Maggie Gyllenhaal, Gary Oldman… 2008🇺🇸

Batman est plus que jamais déterminé à éradiquer le crime organisé qui sème la terreur en ville. Epaulé par le lieutenant Jim Gordon et par le procureur de Gotham City, Harvey Dent, Batman voit son champ d’action s’élargir. La collaboration des trois hommes s’avère très efficace et ne tarde pas à porter ses fruits jusqu’à ce qu’un criminel redoutable vienne plonger la ville de Gotham City dans le chaos.
Heath Ledger était le joker qu’on attendait depuis longtemps. Il lui a prêté une démarche bestiale, des mimiques de sociopathe et une psychologie de manipulateur pervers. La ville de NY prend toute sa place et à sa sortie ciné j’avais été embarquée ! N’oublions jamais que le mythe du super héros se construit comme une tragédie grecque et qu’il y a du Shakespeare dans chaque réplique ! Coup de ❤️

📺 « Secret city » S2 de Matt Cameron, avec Anna Torv, Daniel Wyllie et Alex Dimitriade, 12 X 45’  🇦🇺

Secret City est d’abord une production australienne, qui traite de sujets « australiens », en particulier des difficultés d’alignement politique avec les US et / ou avec la Chine dans le bras de fer qui se joue depuis quelques années en Mer de Chine, mais aussi de manière plus large, des rapports entre l’Australie et son puissant voisin, ce qui confère à la série un aspect frais et original pour nous, qui ne sommes pas forcément au fait de la politique de nos amis Aussies…
Pas un coup de cœur mais un vrai plaisir de retrouver Anna Torv. Yann Riou 😉
La série est exigeante parce que les enjeux politiques nous sont étrangers mais cela change des traditionnelles séries US, UK, nordiques, espagnoles… je vous laisse seuls juges !

Rattrapage pour vous :

📺 « Treme  » de David Simon avec Wendell Pierce, Khandi Alexander, Rob Brown, Kim Dickens, John Goodman… 4 saison. 36 X 60´. HBO 🇺🇸
Des musiciens, membres du même groupe, tentent de reconstruire leurs vies dans la Nouvelle Orléans post Ouragan Katrina. Le doué tromboniste de jazz, Antoine Batiste, est coincé dans une vie avec sa partenaire et leur bébé, alors qu’il court secrètement après son ancienne épouse, Ladonna. Celle ci est cependant occupée à essayer de maintenir son bar à flot. De son côté, Albert Lambreaux, un grand chef de la White Feather Nation, essaie de ramener les membres de la tribu à la maison.
J’ai vu chaque épisode de la série bien que le côté assez « contemplatif », « documentaire » de Treme m’ait souvent laissée de marbre. En revanche, il s’agit d’une fresque hyper réaliste post Katrina avec des comédiens-musiciens d’exception. Les fans de Jazz en particulier trouveront leur bonheur !

Tentative Netflix :

📺 « Criminal  » Netflix🇬🇧🇫🇷🇪🇸🇩🇪 3 X 60’ pour chaque pays avec David Tennant pour les anglais, Sarah Giraudeau pour les français…
Les intrigues de Criminal sont consacrées aux procédures de police, et plus précisément à celles qui se déroulent dans les salles d’interrogatoire. La série met en avant la relation et le « combat psychologique » qui se dessinent entre le policier et le suspect.
J’ai commencé par les anglais parce que j’aime ce qu’ils font presque tout le temps et bien c’est raté ! D’abord parce qu’il n’y a aucune surprise on sait avant les flics que le coupable est innocent ou alors réellement coupable. Le propos s’insère très bien dans le cadre d’une série complète où nous aurions vu les comédiens en « dehors » et suivi leurs motivations mais là… dommage ! Une vraie fausse bonne idée pour moi…

📚 « Annabel  », de Kathleen Winter, 1992, Boreal/10-18 🇬🇧🇨🇦
En 1968, dans un village côtier du Labrador, un enfant mystérieux voit le jour. Ni tout à fait homme ni tout à fait femme, les deux à la fois. Il n’y a que trois personnes qui connaissent le secret. Les parents de l’enfant, Jacinta et Treadway, et une voisine, Thomasina, capable de tenir sa langue. Les parents décident pour l’enfant quel sera son sexe aux yeux de la société. Mais, à mesure qu’il grandira, son autre « nature » refusera de se taire et l’accompagnera tout au long de sa découverte du monde, aussi fidèle que son ombre. À partir de ce qui pourrait ne sembler qu’un fait divers, Kathleen Winter nous donne une œuvre d’une profonde beauté qui explore le fondement même de notre identité et de nos sociétés. Qui sommes-nous? Pourquoi la communauté des humains nous oblige-t-elle tout le temps à renoncer à nous-même, qui que nous soyons ?
Ce roman a été une énorme claque dès ma première lecture et je l’ai beaucoup offert. Il parle de différence, de tolérance et d’identité. Il parle de rencontres qui nous bouleversent, nous portent ou nous blessent. Ce roman parle aussi de la solitude, de silence et de choses simples et complexes. Sans voyeurisme aucun, ce livre nous touche au cœur et il est difficile de l’oublier. Coup de ​❤️ !

Recevez mes chroniques par mail pour vous inspirer !

Une fois par semaine directement dans votre boîte mail.

Votre inscription a bien été prise en compte

Share This