Quelques brèves de Fabienne

 

S40 – 30 septembre au 16 octobre 2019

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎞🎥 « Downtown Abbey » de Michael Engler avec Maggie Smith, Hugh Bonneville, Michelle Dockery, Kevin Doyle…🇬🇧
1927. Depuis le mariage d’Edith, bien des choses ont changé à Downton Abbey. Alors que le comte de Grantham et son épouse ont dû réduire le nombre des domestiques et que Mary et Henry ont décidé de quitter la splendide demeure, toute la maisonnée apprend l’arrivée du roi George V et de la Reine Mary. Cependant quand il arrive, le valet du roi se met à tout chambouler dans les lieux, Anna décide de se rebeller avec l’ensemble des domestiques et demande à Mary de faire appel à Carson, qui a tant de fois sauvé le domaine dans le passé.
Les habitants de Downtown Abbey ont enfin aux honneurs du cinéma après nous avoir ravis pendant 6 saisons. Vous connaissez la série ? Alors c’est un épisode géant. Vous ne le connaissez pas ? Pas de problème… certaines subtilités relationnelles vous échapperont mais sans en gêner la compréhension. Et puis rien que pour Maggie Smith, ça vaut le déplacement.
Me croirez vous si je vous dis que c’est un copié-collé de ma grand-mère adorée ?

À voir ou revoir :

📀« A History of violence » de David Cronenberg avec Viggo Mortensen, Maria Bello et Ed Harris. 🇺🇸 2005.
Père de famille dans une petite ville tranquille, Tom Stall est un jour contraint de tuer deux malfrats qui menaçaient la vie des employés et des clients de son restaurant. Proclamé héros par la presse locale, Tom essaie peu à peu de revenir à une vie normale. Mais un certain Carl Fogarty débarque, convaincu de reconnaître en Tom celui avec qui il a autrefois eu de violents démêlés.
J’ai vu ce film au ciné à sa sortie et je le revois régulièrement. Il est, selon moi, un des meilleurs Cronenberg. Coup de ❤️ !
Attention comme son nom l’indique c’est « violent ».

📺 « Unbelievable » de Susanah Grant avec Toni Collette et Merritt Wever 8 X 50’ Netflix 🇺🇸

La police de Lynnwood, petite ville de ce même État de Washington, n’a pas cru la première victime, une jeune femme de 18 ans connue sous le nom de Marie, qui avait été attaquée dans son appartement, et violée sous la menace d’une arme. Harcelée et terrorisée par les policiers, Marie a fini par retirer sa plainte et par être accusée de fausse déclaration de viol, acceptant même d’être suivie psychologiquement, pour ne pas être poursuivie par le procureur ! Plusieurs mois après, le cas de Marie a été repris par deux enquêtrices, Edna Hendershot et Stacy Galbraith, qui ont travaillé pour découvrir la vérité. Elles ont finalement compris qu’elle avait été victime d’un violeur en série. Et après 40 jours d’enquête, le violeur (BIP sur le nom) a été arrêté à Lakewood, Colorado, en février 2011.
J’ai déjà parlé ici de mon admiration pour les 2 comédiennes principales (celle de United States of Tara et de Nurse Jackie) donc foncez !
Coup de ❤️ pour cette série qui adopte résolument et tour à tour le point de vue des victimes et celui féminin des inspectrices. Cette série est adaptée d’une histoire vraie.
Un Ken Loach social comme le dit France Info !

Rattrapage pour vous :

📺 « Friends from college » de Nicholas Stoller avec Keegan-Michael Key, Cobie Smulders, Fred Savage… 2 saison. 16 X 30´Netflix 🇺🇸
La série décrit irrévérencieusement les mésaventures tragico-comiques d’un groupe d’anciens élèves d’Harvard, un groupe très uni, alors qu’ils naviguent dans des vies à la fois ambitieuse et maladroite et intimement liée à leur vie amoureuse.
J’ai binge-watché les 2 saisons il y a quelques temps déjà et j’ai vraiment passé un bon moment. Les comédiens sont excellents et vous qui avez maintenant l’habitude des séries vous les aurez reconnus d’autres ! À voir un dimanche d’hiver (qui approche) sous un plaid ! ❤️

Tentative Netflix :

📺 « Marianne » de Samuel Bodin avec Victoire Dubois, Lucie Boujenah et Mireille Herbsmeyer. 8 X 55´ Netflix 🇫🇷
Emma, jeune romancière acerbe, découvre que les personnages monstrueux qui la hantaient et qu’elle a créés dans sa série de romans d’épouvante sont réellement en train de prendre vie.
À priori on donne beaucoup dans l’épisode 1 afin de fidéliser le spectateur. Inutile de vous dire, vu l’intitulé du paragraphe, que la greffe n’a pas pris avec moi. Pourtant il y a tout pour me plaire : le genre (oui l’horreur j’aime bien ça !), les lieux, le propos… j’ai trouvé l’épisode 1 raté, je n’ai même pas sursauté (alors que j’étais sensée être morte de trouille). Le pire ? le coup de la fille qui va faire pipi au milieu de la nuit, qui entend des bruits suspects et voit la poignée tournée et bien que fait-elle selon vous ? Elle hurle, elle se « fait pipi dessus », fonce à sa voiture et quitte la maison maudite ?… Que nenni ! Rien de tout cela, elle attend un peu, ressort et prend bien soin d’éteindre la lumière (ben oui on est peut être dans une série horrifique mais on est écolo) et de refermer la porte ! Sur le pallier elle rencontre le père de « son auteure » possédé et nu mais là rien non plus, elle le regarde tranquille. Elle est solide la nenette car quelques heures, jours avant, elle venait d’assister à un suicide par pendaison sans ciller… comme tous les gens présents lors de la scène.
Dommage ! C’est un casting de gueules et ça aurait pu… Grosse déception pour moi.
Bref préférez les AMS saisons 1, 2 et 4 de mémoire.

📚 « Le cinquième enfant », de Doris Lessing, 1988, Albin Michel / LDP 🇺🇸
Pour Harriet et David, couple modèle, qui a fondé une famille heureuse, l’arrivée du cinquième enfant inaugure le temps des épreuves. Fruit d’une grossesse difficile, anormalement grand, vorace et agressif, Ben suscite bientôt le rejet des autres enfants, tandis que les parents plongent dans la spirale de l’impuissance et de la culpabilité. La romancière du Carnet d’or, prix Médicis Etranger 1976, mêle ici de façon impressionnante réalisme et fantastique, dans une fable cruelle qui met à nu l’envers et le non dit des relations familiales. Un véritable tour d’écrou. J’ai presque tout lu de Lessing qui est pour moi une romancière majeure du 20e siècle. Il s’agit d’un de ses textes les plus forts sur la féminité, la maternité et la différence. Cette histoire est terrifiante et c’est évidemment un coup de ❤️.

Recevez mes chroniques par mail pour vous inspirer !

Une fois par semaine directement dans votre boîte mail.

Votre inscription a bien été prise en compte

Share This