Quelques brèves de Fabienne

 

 

S42 – 18 au 24 octobre 2020

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎞🎥 « Ceux qui veulent ma mort » de Taylor Sheridan avec Angelina Jolie, Finn Little, John Bernthal, Aiden Gillen… 🇺🇸

Un adolescent, Connor Casserly, est témoin du meurtre sauvage de son père. Il est alors poursuivi par les meurtriers, qui ne veulent aucun témoin. Ils se lancent à sa poursuite, prêts à tout pour le retrouver quitte à causer un véritable massacre. Depuis une tour de guet anti-incendies, Connor est repéré puis secouru par Hannah Faber. Cette dernière est un ancien pompier parachutiste, traumatisée après un accident lors d’une intervention. Elle est aujourd’hui une experte en survie. À travers une forêt du comté de Park dans le Montana en proie aux flammes, Connor et Hannah vont tenter de s’en sortir.
Pas grand chose à dire sur ce film qu’on pourrait qualifier de série B de « luxe », si ce n’est que vous pouvez passer entre les flammes et vous épargner un « cramage » de rétines (j’exagère un peu…) !
Ceci dit, c’est dommage parce que le casting n’est pas mauvais, le réal a fait ses preuves, notamment avec l’excellent et glacial « Wind River », les séries sous testostérone « Sons of anarchy » (que j’ai adorée) et la superbe « Yellowstone » à laquelle il emprunte les magnifiques paysages. Tout le reste est très basique, les méchants sont très méchants et très bêtes, mais ça on vous l’explique au cas où vous le seriez aussi, l’héroïne est une grande traumatisée avec des failles de la taille du grand canyon, oui je sais, le Nevada c’est dans un autre état… bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas été « embrasée » !

A voir ou à revoir : 

📀 « L’idéaliste » de Francis Ford Coppola avec Matt Damon, Claire Danes 1997 Netflix 🇺🇸

Rudy, un jeune avocat fraîchement diplômé mais sans perspective d’avenir, accepte de défendre la famille d’un jeune malade dont l’assurance refuse de couvrir les frais. Mal armé contre la horde d’avocats surentraînés engagés par la compagnie d’assurances pour le contrer, Rudy va se retrouver embarqué dans l’affaire du siècle.
Dans le genre « Film Procès » celui de Coppola fait le job mais on est loin de ses chefs d’œuvre que sont sa trilogie « Le Parrain » ou « Apocalypse Now ». En même temps… on aime toujours les films où les David battent les Goliath, pas vrai ?

📺 « Hamishim » de Yaël Hedaya avec Ilanit Ben Yaakov, Hila Abramovitch, Yonatan Wachs 10 X 26’ Arte 🇮🇱

Veuve et élevant seule ses trois enfants, Alona s’est fixé deux objectifs avant d’avoir 50 ans : vendre la série comique qu’elle a écrite et coucher avec un homme…
Petite série sympathique avec une ou deux lignes de dialogue mémorable par épisode. On sourit, on s’identifie, on s’insurge, on compatit. Pas un coup de cœur mais ce serait dommage de passer à côté quand même !

📺 « The good fight  » S5 de Michelle et Robert King avec Christine Baranski, Audra McDonald, Sarah Steele… 10 X 45´CBS Studios 🇺🇸

S5 pour le Spin-off de « The Good Wife » ! Cette saison voit Diane forcée de se questionner sur sa légitimité à aider à diriger une firme afro-américaine avec Liz après le départ de deux de leurs avocats principaux. En parallèle, Marissa et le cabinet se retrouvent liés à Hal Wackner, un habitant de Chicago qui décide d’ouvrir sa propre salle d’audience au fond d’un magasin de reprographie.
Enfin nous les retrouvons ! Toujours corrosif, toujours au plus près de l’actualité… J’adore ! Cette série est la seule à savoir capter à ce point les tendances sociétales. Il n’y a qu’à regarder l’épisode 2 pour le comprendre avec ce tribunal qui n’en est pas un et qui raconte qu’aujourd’hui, n’importe qui est spécialiste de n’importe quoi, que les RS ont libéré des paroles et pas les plus intéressantes. La S5 raconte aussi la pandémie et comment la société américaine, via un cabinet d’avocats afro-américains et une associée blanche, traverse 2021 ! Coup de ♥️ depuis la S1. Les 4 premiers épisodes et le 7e sont géniaux, les 5 autres en deçà mais bon… Mention spéciale au générique de fin de l’épisode 1. Ils sont dingues !!

💭📺📼🧸👵🏻 « Strip Tease  » Strip Tease est une émission de télévision documentaire belge créée sur RTBF1 en 1985, puis belgo-française de 1987 à 1992 sur Canal+ et dès le 3 octobre 1992 et sa diffusion sur France 3 jusqu’en 2012 ou encore en 2019 sur RMC Story.

D’après ses créateurs, elle a pour but de traiter des sujets « pris dans les faits de société ». Strip-tease a été créée par Jean Libon et Marco Lamensch. L’objectif des créateurs était de réaliser des documentaires d’un genre nouveau dans lesquels les commentateurs s’effaceraient pour laisser parler les protagonistes. L’émission aborde essentiellement des passages de la vie de tous les jours (repas de famille, séance de vaisselle, la vie d’une fermière). Le spectateur peut ainsi se reconnaître dans son intimité quotidienne : « Strip-tease : l’émission qui vous déshabille ».
Les réalisateurs belges Benoît Mariage et Philippe Dutilleul y ont fait leurs premiers pas.
L’émission tire son nom du terme « strip-tease », également appelé « effeuillage », qui consiste à se déshabiller progressivement face à un public, en musique, évoquant ainsi l’attitude de sujets filmés, qui finissent par se dévoiler devant la caméra, laissant les spectateurs découvrir leur intimité. En revanche, des spectateurs se sont plaints que certains épisodes tournaient les sujets en dérision à leur insu.
Émission culte s’il en est, je me souviens de certains sujets avec une précision chirurgicale. Du type qui construit sa soucoupe volante dans le jardin de sa mère, à celui qui s’habille en pingouin en passant par les concours de mini Miss et le cultissime « un navre de paix » !! Ils sont dispos sur Auvio !!

📚 « Mon mari », de Maud Ventura, L’iconoclaste, 2021 🇫🇷

« Excepté mes démangeaisons inexpliquées et ma passion dévorante pour mon mari, ma vie est parfaitement normale. Rien ne déborde. Aucune incohérence. Aucune manie.» Elle a une vie parfaite. Une belle maison, deux enfants et l’homme idéal. Après quinze ans de vie commune, elle ne se lasse pas de dire « mon mari ». Et pourtant elle veut plus encore : il faut qu’ils s’aiment comme au premier jour. Alors elle note méthodiquement ses « fautes « , les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre. Elle se veut irréprochable et prépare minutieusement chacun de leur tête-à-tête. Elle est follement amoureuse de son mari. Du lundi au dimanche, la tension monte, on rit,on s’effraie, on flirte avec le point de rupture, on se projette dans ce théâtre amoureux ».
C’est l’histoire d’une femme follement amoureuse de son mari. C’est l’histoire d’une femme pathétiquement folle. L’auteure nous balade jusqu’au mercredi dans ce décor à la Bree Van de Kamp (Desperate Housewives) et puis, je l’espérais de toutes mes forces, le jeudi qui revêt une couleur jaune (je vous invite à chercher, si vous ne connaissez pas le sens et la signification des couleurs), la machine si bien huilée se grippe. C’est donc grinçant, cruel, drôle et horrible ! Le switch (double) tant attendu est bel et bien là. La plupart des couples sont dysfonctionnels, celui-ci est un must du genre. Coup de ♥️
Share This