Quelques brèves de Fabienne

 

 

S7 – 15 au 21 février 2021

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎥🎞🚫
Toujours compliqué…
¯\_(ツ)_/¯

À voir ou à revoir : 

📀 « The Dig  », de Simon Stone avec Ralph Fiennes, Carey Mulligan, Ben Chaplin… Netflix 2021 🇬🇧

À la fin des années 1930, Edith Pretty est une riche veuve vivant dans une immense propriété près de Woodbridge au Royaume-Uni. Elle engage le terrassier Basil Brown, archéologue amateur, pour faire des fouilles sur son terrain. Ils vont alors exhumer une sépulture puis un ancien navire funéraire. Ce trésor, qui pourrait bouleverser l’histoire du monde, attire les convoitises. Ainsi, le British Museum entend bien s’approprier cette importante découverte.
Adaptation du roman éponyme de John Preston, ce film raconte l’histoire vraie de la découverte du site de Sutton Hoo. Plutôt déçue,et j’en suis la première navrée, par ce long métrage qui avait tout pour être un grand film :
-De bons comédiens
-Une histoire incroyable
-Une photo sublime.
Alors où est le problème ? Selon moi, il se trouve dans le scénario et la narration. Jamais le réalisateur prend un parti et mène tous ses personnages de front ce qui empêche de s’attacher réellement. Se concentrer sur la vie de Basil Brown archéologue autodidacte dont le nom figure au British Muséum avait largement de quoi nous passionner. Au lieu de ça, une impression de gâchis ou, pour nuancer, d’aurait ou mieux faire…

📀 « Eye for an eye  »,  de John Schlessinger avec Sally Field, Ed Harris et Kiefer Sutherland 1996 🇺🇸 Netflix

La vie calme et sereine de Karen McCann est saccagée lorsqu’un étranger s’introduit chez elle et assassine sa fille de dix-sept ans. Une fois le choc passé, le chagrin se transforme en amertume et en rage lorsqu’il est relâché suite à un vice de procédure. Quand il commet un autre meurtre, et qu’il est relâché une fois encore, Karen est déterminée à le faire payer pour ses crimes.
Là encore, il s’agit d’une adaptation, celle du roman d’Erika Holzer. Un thriller qui parle de vengeance donc, avec un vrai méchant comme on les aime. Le film ne révolutionne pas le genre (il date en plus de 1996) mais il se laisse regarder par un dimanche après-midi pluvieux. Le point fort de cet long métrage réside dans les « face à face » entre Sally Field et Kiefer Sutherland qui n’a pas toujours été Jack Bauer 😉

📺  « Tales from the loop » de Matt Reeve avec Rebecca Hall, Jane Alexander, Daniel Zolghadri 8 X 50´ Amazon Prime 🇺🇸

Un petit village de l’Ohio se trouve à proximité d’une machine nommée “The Loop” (“La Boucle”), dont la fonction est de résoudre et d’explorer les plus grands mystères de l’univers. Un récit fantastique, profond et poignant sur la condition humaine…
Bon alors on ne va pas se mentir, il faut être en forme pour regarder cette série SF. Elle remue, par petites touches, beaucoup de choses avec justesse et sensibilité. Elle parle de l’amour, de la mort, de changer de vie, d’être qui on n’est pas, d’engagement aussi… Extrêmement lente et mélancolique, les 8 destins croisés des personnages m’ont profondément bouleversée et prouvent que chaque action individuelle, aussi insignifiante soit-elle, peut avoir une répercussion à l’échelle collective et sociétale. L’esthétique est sublime et on comprend mieux quand on sait que Tales from the Loop est adaptée d’histoires, elles mêmes inspirées de peintures du jeune artiste suédois Simon Stålenhag 🇸🇪. Je vous mets un de ses tableaux en illustration. Le dernier épisode (8) a été réalisé par Jodie Foster. C’est un coup de ♥️ pour moi !

💭📺📼🧸👵🏻  « Les Craquantes ou Carré de dames »  (au Québec et en Belgique) (The Golden Girls) est une série télévisée américaine produite par Marc Cherry et diffusée du 13 septembre 1985 au 9 mai 1992 sur le réseau NBC.

ll était une fois trois femmes superbes. Cela aurait pu être des Drôles de dames, mais ce ne sont que trois sexagénaires qui vivent sous le même toit à Miami.
Rose, l’ingénue du Minnesota, ne cesse de divaguer et n’a d’yeux que pour St-Olaf, son village natal très excentrique. Blanche, aristocrate sudiste nymphomane d’Atlanta, a pour seule joie en ce monde de conquérir le plus d’hommes possible et de donner un compte rendu à ses deux meilleures amies. Et enfin Dorothée, une New-Yorkaise d’origine italienne à peine divorcée de Stanley, qualifié selon elle de « rebut du genre humain », amène dans l’histoire l’étonnement du tout un chacun face aux situations cocasses, un peu trop normale pour ses deux « déjantées » de colocataires.
Ces trois dames ne seraient rien sans la pétulante Sophia, mère de Dorothée et née en Sicile, qui porte en elle la fougue de ses origines italiennes et qui n’a pas la langue dans sa poche…
Série découverte assez tard lorsque j’ai commencé à travailler en télé (M6) où nous le programmions sur Teva. Je suis tombée amoureuse de ce « carré de dames », drôles et hyper touchantes ! Ma madeleine à moi. Coup de ♥️ de toujours !

📚 « Miss Peregrine et les enfants particuliers T1 à T4  » T5 à paraître en poche prochainement de Ransom Riggs 🇺🇸 Le livre de poche jeunesse (Bayard)

Miss Peregrine et les enfants particuliers relate l’histoire extravagante de Jacob Portman, 16 ans, qui, à la suite de la mort de son grand-père, est poussé presque malgré lui à se rendre à Cairnholm, ville dans laquelle son grand-père avait passé son enfance, dans un mystérieux orphelinat. Avec pour seule indice une lettre, dont l’émetteur était Miss Peregrine Faucon, Jacob tentera de saisir ce qui avait pu se produire dans l’orphelinat, et peut-être même retrouver les enfants particuliers, qui sait ? Une fois sur l’île, le jeune homme découvre de nouvelles photographies étranges Grâce à celles-ci, il parviendra à percer l’un des nombreux secrets de son défunt grand-père, en retrouvant les traces du légendaire orphelinat, et en démêlant peu à peu les fils du futur.
Voilà une saga qui a tout pour séduire le plus grand nombre, ados comme adultes. L’univers est foisonnant, les personnages bien décrits et campés, les aventures palpitantes. Des photos illustrent ça et là le propos comme autant de petites respirations. Coup de ♥️
Pour aller plus loin :
Voir ou revoir le film de Tim Burton avec Eva Green et Asa Butterfield sorti en 2016 🇺🇸 (j’avais beaucoup aimé).
Et de quoi faire rêver les auteurs : Miss Peregrine et les Enfants particuliers est resté au total pendant 63 semaines sur la New York Times Best Seller list à la première place de la section livres pour enfants.

📺  « Musée Horta »

Le Musée Horta est établi dans la maison personnelle et l’atelier de l’architecte Victor Horta (1861-1947). Construits entre 1898 et 1901 aux numéros 23 et 25, rue Américaine à Saint-Gilles, les deux bâtiments sont caractéristiques de l’Art nouveau à son apogée. La maison a conservé en grande partie sa décoration intérieure; mosaïques, vitraux, peintures murales composent un ensemble harmonieux et raffiné dans le moindre détail.
C’est le musée le plus proche de la maison (200 mètres) et comme souvent dans ce cas, on repousse toujours la visite. L’absurdité a été rattrapée et c’est très bien. Il s’agit d’un petit bijou pour les fans d’architecture, les adeptes de l’Art Deco ou les curieux de tout bord. 24 pièces constituent la maison : le fumoir, la buanderie, la véranda d’hiver, les boudoirs de Madame et de Mademoiselle, le bureau de Monsieur, son labo photo… la pièce maîtresse est indéniablement l’escalier majestueux, mais aussi la verrière avec les poutres métalliques, les vitraux et l’incroyable utilisation de la lumière naturelle qui inonde la maison. Ne faites pas comme moi, foncez à votre prochain futur passage à Bruxelles et faites moi signe en sortant, nous irons déguster une Pasteis de Nata chez mon ami Joaquim Braz de Oliveira, Forcado. 🇵🇹 Coup de ♥️
Share This