Quelques brèves de Fabienne

 

 

S28 – 12 au 18 juillet 2021

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎥🎞 « The Father  », de Florian Zeller avec Anthony Hopkins, Olivia Colman et Mark Gatiss 🇫🇷🇬🇧 2020

Alors qu’il vieillit et devient de moins en moins autonome, un père refuse l’aide de sa fille. Voyant la situation se dégrader, il commence à douter de ses proches, de son propre esprit et même de ce qui est réel.
Pour l’adaptation de sa pièce éponyme, Florian Zeller passe derrière la caméra et dirige deux acteurs formidables. Car The Father, c’est aussi l’histoire d’une fille. La puissance de ce long métrage est de rendre palpable ce que l’on croit savoir de la maladie. Or cette confusion est une immersion dans un monde « fantastique » et terrifiant. L’utilisation des décors avec ces suites de portes ouvertes ou fermées nous plonge dans le mental du père, ce qu’il croit voir, comprendre du monde qui continue sa course folle, en l’abandonnant… Le film doublement récompensé aux Oscar va au-delà de son propos. Ce qui en fait sa force. Bravo !

À voir ou à revoir : 

📀 « Les proies », de Sofia Coppola avec Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst Netflix 🇺🇸 2017

Pendant la guerre de sécession, un déserteur trouve refuge dans un pensionnat de jeunes filles, où les enseignants et les élèves se montrent très solidaires. Cependant, des tensions sexuelles vont entraîner de dangereuses rivalités.
La photo de ce film est sublime et chaque image travaillée avec soin mais cela ne rattrape pas un scénario un peu faible ou resucé. Malheureusement.
Néanmoins, en 2017, le film a remporté à Cannes le Prix de la mise en scène.

📺  « La servante écarlate » de Bruce Miller avec Elisabeth Moss, Yvonne Strahovski, Joseph Finnes… S4 10 X 45’ 🇺🇸

Grièvement blessée par balle suite à l’évasion spectaculaire d’une cinquantaine d’enfants à destination du Canada, le destin de June est plus que jamais incertain…
C’est, heureusement, la dernière saison ! Déjà la S3 m’avait profondément ennuyée… j’y suis revenue pour connaître le dénouement, vous pouvez passer votre chemin. Pour ceux qui l’ignoraient, Margaret Atwood ne cautionne plus le show depuis la S2. Tout est dit.

📺  « Jodie Foster Hollywood dans la peau » de Camille Juza Arte / RTS 🇫🇷🇨🇭

De son enfance coincée entre les productions Disney et les tenues de Lolita, jusqu’à sa consécration comme cinéaste, l’histoire de Jodie Foster est celle d’une lutte menée à l’intérieur du système hollywoodien et de la société du spectacle.
Je pensais tout connaître de Jodie Foster, j’avais oublié son passage chez Disney. Portrait à la narration extrêmement bien maîtrisée de cette surdouée, cérébrale, instinctive, francophile et francophone, actrice et réalisatrice dont les films, pas toujours « bons » ont fabriqué, la cinéphile que je suis. Elle a reçu la Palme d’honneur au dernier Festival de Cannes. Jodie forever ♥️🏳️‍🌈

💭📺📼🧸👵🏻 « Mission impossible 20 ans après » de Bruce Geller avec Peter Grave, Tony Hamilton, Terry Markwell… 2 saison 35 X 47’ 🇺🇸

La série a été diffusée du 23 octobre 1988 au 24 février 1990 sur le réseau ABC. Elle fait suite à la série Mission impossible diffusée dans les années 1960. En France, on a pu la regarder du 29 septembre 1991 au 19 avril 1992 sur M6. Elle reste inédite dans les autres pays francophones. Rediffusion sur Série Club puis Direct 8 en 2009 et 2010.
Vingt ans après, Jim Phelps reprend du service pour des missions toujours aussi impossibles, entouré de nouveaux agents.
Je me souviens de moi attendant ce RV télévisuel avec impatience. J’adorais cette nouvelle version, plus rythmée, plus moderne. En faisant des recherches, j’ai appris que Tony Hamilton avait été pressenti pour jouer James Bond mais la productrice, apprenant son homosexualité, l’a écarté, lui préférant le très hétérosexuel, mais très « oubliable » Timothy Dalton ! Le comédien-mannequin est décédé des suites d’une complication dû au VIH en 1995. Je le trouvais magnifique.

 

📚 « On a tué mes enfants » de Anne Rule, Michel Lafon Poche 🇺🇸

« On a tué mes enfants ! » hurle Diane Downs en se précipitant aux urgences. Un homme brun aux cheveux longs l’a menacée d’une arme, a tiré sur elle, ses deux filles et son fils. La petite Cheryl succombe peu après à ses blessures, les pronostics médicaux pour Christie et Danny ne sont guère optimistes : ils seront sans doute handicapés à vie. Devant ce crime révoltant, la police se lance à la poursuite du mystérieux suspect. Dans une Amérique transportée d’indignation, seul Fred Hugi, un procureur zélé, ose envisager un scénario improbable, de ceux qui soulèvent le cœur et suscitent l’incrédulité générale… La ravissante, l’adorable Diane Downs serait-elle une Médée des temps modernes, capable de reprendre la vie autant que de la donner ?
Ce roman document d’Ann Rule (ex inspectrice des forces de l’ordre de Seattle, qui forme des policiers et collabore à la traque des serial killers), retrace l’histoire impensable de Diane Downs qui sera condamnée pour infanticides. Une plongée dans la noirceur du genre humain et un drame qui remonte bien avant cette nuit de 1983. J’avais vu la mini-série tirée de cette histoire vraie à sa sortie en 1989 avec Farrah Fawcett, Ryan O’Neal et John Sea. La prestation de l’ex « Drôle de Dame » m’avait alors embarquée. Inutile de dire que ce n’est plus regardable aujourd’hui !
Share This