Quelques brèves de Fabienne

 

 

S19 – 10 au 16 mai 2021

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎥🎞🚫
Toujours compliqué…
¯\\_(ツ)_/¯

À voir ou à revoir : 

📀 « Minari  », de Lee Isaac Chun avec Steven Yeun, Han Ye-ri, Alan Kim 🇺🇸

Souhaitant vivre le « rêve américain », une famille américano-coréenne déménage dans une petite ferme de l’Arkansas. La maison familiale change complètement avec l’arrivée de la grand-mère sournoise, grossière mais incroyablement aimante.
Un film au rythme très (trop ?) lent, poétique et artistique, il ressemble un peu à un OFNI. C’est un récit sur le rêve américain et les moyens qu’on y met pour y parvenir. Je suis un peu restée sur ma faim mais je pense que tout dépend du moment où on le regarde. Ça parle de la famille, de résilience, d’expatriation, de gens abîmés par la vie. Vous devez essayer même s’il vous laissera sans doute, comme à moi, un petit goût d’inachevé.
Les enfants, et en particulier le petit garçon, sont incroyables et Steven Yeun, après avoir dégommé des Zombies dans « Walking Dead », se rêve en fermier de l’Arkansas mais ce n’est pas si simple !
C’est Brad Pitt qui produit pour info.
Récompenses obtenues déjà :
* Festival du film de Sundance 2020
* Grand prix du jury
* Prix du public
* Golden Globes 2021 : Meilleur film en langue étrangère
* Oscar du meilleur second rôle féminin
* En compétition pour le Festival du Film Américain de Deauville.

📺  « Anne + » de Maud Wiemeijer avec Hanna van Vliet, Amy van der Weerden, Kirsten Mulder, Jouman Fattal… 11 épisodes à durée très variable entre 11 et 26 minutes Netflix 🇳🇱 🏳️‍🌈

Anne est homosexuelle et multiplie les plans foireux, les déceptions mais aussi les passions et les moments de tendresse. Elle sort avec ses potes dans des bars et des boîtes de nuit, elle râle sur son job de copywriter mal rémunéré, elle apprend que ses parents divorcent, elle swipe sur Tinder en mangeant de la pizza, elle manifeste pour les droits des personnes LGBTQ+… Anne est une jeune nana comme tant d’autres, et cette série décrit bien à quoi ressemble vraiment la vie des vingtenaires citadins (voilà le Pitch parfait de Flair.be).
En voilà une Websérie de très bonne facture : les comédiens sont Top, pas de petites économies sur la déco, la lumière et il y a même une guest venue tout droit de OITNB !! On suit la vie et les amours mouvementées d’Anne, 25 ans au moment où tout se met en place, le travail, une relation stable, des amitiés fidèles. Finalement, rien n’a vraiment changé !
C’est « frais » et très agréable à binge-watcher.

💭📺📼🧸👵🏻 « Dynastie » de Esther et Richard Shapiro avec Linda Evans, Joan Collins, John Forsythe… 220 X 45’ 9 saisons ABC 🇺🇸1981-1989

Après 9 saisons, le feuilleton s’achève officiellement avec la mini-série Dynastie : La Réunion, diffusée entre le 20 octobre et le 22 octobre 1991 sur ABC.
Le feuilleton a donné naissance à un spin-off, Dynastie 2 : Les Colby, diffusé entre 1985 et 1987 et à un reboot, Dynastie, diffusé depuis 2017.
Ce feuilleton raconte la vie de la riche et puissante famille Carrington, à Denver dans l’État du Colorado aux États-Unis. Il résume à lui seul le style et le contenu des soaps américains des années 1980, des programmes dans lesquels les personnages principaux riches et puissants sont confrontés à des personnages extérieurs tout aussi riches et puissants ou qui cherchent à le devenir par n’importe quel moyen.
Pourquoi cette série m’a marquée ? Pour trois raisons. La première parce que je faisais du Baby-sitting le samedi soir et les Carrington m’ont accompagnée durant ces longues soirées de veille, la seconde, parce que voir Linda Evans et Joan Collins s’étriper ça n’a pas de prix et enfin, parce que c’était la toute première série où il y avait un personnage outé et ouvertement gay ! Une respiration alors que l’homosexualité était encore considérée comme une maladie mentale !!
Un peu d’histoire LGBT 🏳️‍🌈
4/8/82 : Robert Badinter, alors ministre de la Justice, porte le projet de dépénalisation de l’homosexualité. Dans les faits, l’Assemblée supprime deux amendements : le premier met fin à l’interdiction des relations homosexuelles entre un adulte et un mineur de plus de 15 ans (âge de la majorité sexuelle) ; le second annule l’aggravation de l’outrage à la pudeur s’il s’agit d’un acte homosexuel. De plus, toutes les fiches de police qui recensaient les homosexuels sont détruites.
Avant cette date, la Révolution française avec le Code pénal de 1791 dépénalise déjà l’homosexualité. Le Code civil de Napoléon en 1810 ne reviendra pas sur ce texte. Pour autant, l’homosexualité reste profondément rejetée par la société française. La IVe République qualifiera l’homosexualité de « fléau social ». En 1968, la France ratifie même la classification des maladies mentales de l’OMS, dans laquelle figure l’homosexualité. Elle ne le retirera qu’en 1981. Il faudra attendre mai 1993 pour que l’OMS ne considère plus l’homosexualité comme une maladie mentale.
 

📚 « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie, Folio, 2013 🇺🇸 🇳🇬

« En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire. »
Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre.
Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?
Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.
À la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d’ombre, Americanah est une magnifique histoire d’amour, de soi d’abord mais également des autres, ou d’un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d’immigrant, et parcourt trois continents d’un pas vif et puissant.
J’ai mis relativement longtemps (une semaine) à lire ce roman ce qui est assez inhabituel chez moi. Cette lecture était très déroutante. D’un côté, je suis restée assez « étrangère » et « spectatrice » à l’histoire d’Ifemelu et de l’autre, il m’était réellement impossible de lâcher cette lecture. Il y a eu des fois où j’étais convaincue de tenir un chef d’œuvre entre mes mains et d’autres fois où je me disais que j’en détestais le style. Pour adhérer à cette lecture, je n’ai pas de conseils précis, mais, une fois le roman refermé une chose est certaine : quoiqu’il en soit, il FAUT, le lire. J’espère que vous aurez un coup de ♥️

🖼 « Huberty & Breyne », du 30 avril au 29 mai, la galerie Huberty & Breyne rend honneur au cinéma avec une exposition originale et inattendue, intitulée 45 ARTISTES FONT LEUR CINEMA.

Face à la crise que traverse les salles de cinéma, Alain Huberty a fait appel à l’illustrateur David Merveille pour réaliser une exposition sur le cinéma afin de réanimer la flamme cinéphile du public.
Ce dernier, commissaire de l’exposition, a lancé une invitation créative auprès d’une cinquantaine d’artistes en leur proposant de s’exprimer sur ce que le cinéma représente pour eux. Le public aura le plaisir de découvrir de nombreuses oeuvres inédites allant d’affiches de films revisitées à des portraits de comédiens, tout en passant par des objets ayant marqué le cinéma.
“45 ARTISTES FONT LEUR CINEMA” est un moyen de reconnecter le cinéma et son public en passant par le crayon et l’imaginaire des plus grands noms de l’illustration. À cela s’ajoute la possibilité pour le public de découvrir des objets d’exception proposés par Theatrum Mundi, tels qu’un gilet de sauvetage utilisé sur le tournage de Titanic, des poils du vrai Chewbacca dans Star Wars ou encore quelques écussons ayant appartenus à Batman.
Artistes présentés :
François Avril, Alfred, Vincent Bal, Philippe Berthet, Abdel de Bruxelles, Christophe Chabouté, Carole Chaix, Jean-Luc Cornette, Kitty Crowther, Rébecca Dautremer, Johan De Moor, Philippe Dupuy, Christian Durieux, Jack Durieux, Laurent Durieux, Manuele Fior, Filippo Fontana, Philippe Geluck, J-C Götting, Danny Hellman, Maran Hrachyan, Alexandra Huard, Martin Jarrie, Joëlle Jolivet, Louis Joos, Philippe de Kemmeter, Eric Lambé, Stéphane Levallois, Liberatore, Loustal, Luz, Jeanne Macaigne, Milo Manara, Jean-Marc Pau, Dave Mc Kean, David Merveille, Ever Meulen, Nathalie Novi, Stéphane Oiry, David Prudhomme, Frédéric Rébéna, François Schuiten, Soluto, Brecht Vandenbroucke, Bastien Vives.
Une chouette expo pour qui aime le 7e art ! L’occasion de retrouver dans des domaines où on les connaît moins 45 artistes qui laissent leurs talents s’exprimer autour de leur amour du cinéma. À voir !
Share This