Quelques brèves de Fabienne

 

 

S10 – 8 au 14 mars 2021

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎥🎞🚫
Toujours compliqué…
¯\\_(ツ)_/¯

À voir ou à revoir : 

📀 « Malcom & Marie  », de Sam Levinson avec Zendaya et John David Washington 2021 Netflix 🇺🇸

« Un réalisateur rentre chez lui avec sa petite amie après une projection en avant-première de son dernier film. Alors qu’il est certain que son film rencontrera un succès critique et commercial, la soirée prend une tournure inattendue : les deux amoureux doivent affronter certaines vérités sur leur couple qui mettent à l’épreuve la force de leurs sentiments. »
J’ai ADORÉ ! L’histoire, l’interprétation hallucinante des deux comédiens, le scénario, la lumière, la photographie…
Huis clos en N&B d’un esthétisme parfait, l’histoire creuse les différences d’un couple au moment où la carrière de l’un décolle. Il y a un passif, des non dits et de l’amour. Zendaya a juste 25 ans mais quelle maturité ! Quelle aisance ! Franchement, toutes les stars Disney n’ont pas ce potentiel, loin s’en faut. Et bien sûr, son partenaire… est excellent.
Ça fait du bien car les films des Majors mis en ligne sur les plateformes sont, en général (j’en ai vu 5-6 depuis le début d’année), plutôt pas aboutis et laissent un arrière goût de « aurait pu mieux faire ». Pour info, on aime ou on déteste… pour moi c’est un énorme coup de ♥️ !!

📀 « Intimidation », créée par Harlan Coben avec Richard Armitage, Hannah John-Kamen, Jennifer Saunders et Siobhan Finneran… 8 X 50’ 🇬🇧

Adam Price est heureux avec sa femme Corinne et ses fils. Cette vie parfaite tombe à l’eau quand un terrible secret est révélé. Face à la disparition de Corinne, Adam décide de partir à sa recherche mais cette quête pourrait avoir de terribles conséquences.
J’ai bien aimé l’épisode 1 et puis après, il y a cette espère de routine qui s’installe. Entre le 1 et le 2, je me suis renseignée et… Coben ! Je n’arrive pas à le lire (je m’ennuie dès que j’essaye d’ouvrir un de ses bouquins), ceci expliquant peut être pourquoi, j’ai eu cette sensation immédiate qu’il manquait un truc. Coben, donc, auto-adapte son roman « The Stranger » que je n’ai pas lu. La série, à la réalisation convenue et au montage sans surprise, n’a malheureusement pas la force d’un Broadchurch par exemple et on reste sur notre faim avec le sentiment que le minimum syndical a été fait. Mais excellente surprise, on retrouve (pour quelques épisodes) la géniale Jennifer Saunders !!!
Ce que j’ai aimé (quand même, sinon je ne me serais pas infligée la série en accéléré), c’est que chaque épisode se termine sur une révélation qui sert de fil conducteur pour le suivant. Si et seulement si vous êtes curieux… et si le temps vous manque, passez votre chemin !
Pour info, Netflix a signé un contrat de cinq ans avec Harlan Coben pour adapter 14 de ses romans, aussi bien en films qu’en séries. Intimidation ouvre le bal en attendant que la série polonaise The Woods vienne la rejoindre sur la plateforme plus tard cette année.

📺  « Que ferait Sofia Loren ? » Nancy “Vincenza Careri” Kulik,Sophia Loren. 26’ Netflix 🇺🇸

Dans ce charmant court-métrage documentaire, une grand-mère cinéphile italo-américaine trouve force et joie dans la vie et l’œuvre de son idole de toujours, Sophia Loren.
Jolie manière de promouvoir le remake de « La vie devant soi » réalisé par le fils de Sofia Loren, Edouardo Pinto, qui met en scène sa mère dans le rôle titre.
C’est touchant de voir la star italienne rencontrer la femme qui l’admire depuis toujours.
J’ai tellement aimé Simone Signoret dans le film de Moshé Mizrahi de 1977 que j’hésite…

💭📺📼🧸👵🏻 « Le vagabond » de Riyoko Ikeda et diffusé du 10 octobre 1979 au 3 septembre 1980 sur NTV. Le vagabond de J À Gaudet et William Keys. 114 X26’, 6 saisons 🇨🇦

En France, la version en français de la série a été diffusée à partir du 21 décembre 1981 sur TF1 dans l’émission Les Visiteurs de Noël, puis dans Croque-Vacances, et au Canada à partir du 21 juin 1982 à la Télévision de Radio-Canada.
Cette série met en scène un chien (un berger lapinporokoira ou berger finnois de Laponie) qui va de ville en ville et aide les gens qu’il rencontre, avant de disparaître à la fin de chaque épisode.
Holalala ! Cette série ! Ce chien ! Moi qui rêvais d’en avoir un. C’était triste parce qu’il n’avait pas de famille, aidait les gens mais ne voulait jamais rester dans les nombreux foyers prêts à l’accueillir. Il repartait toujours seul, en quête de je ne sais pas quoi, et ça me brisait le cœur. J’ai beaucoup pleuré devant cette série mais je la regardais dès que je pouvais. J’avais 7 ans et je voulais alors être vétérinaire… Coup de ♥️

📚 « Le molosse surgi du soleil » de Stephen King, Albin Michel,1990  🇺🇸

L’histoire se déroule à Castle Rock. Le jeune Kevin Delevan, 15 ans, s’est vu offrir pour son anniversaire l’appareil photo de ses rêves mais il s’aperçoit que celui-ci ne prend pas les photos qu’il voudrait mais reproduit toujours la même image, celle d’un chien terrifiant qui se rapproche de plus en plus. Il décide d’aller faire examiner son appareil par le vieux et rusé Pop Merrill, qui tient une brocante. Merrill y voit l’occasion de gagner beaucoup d’argent en revendant l’appareil à un riche passionné d’occultisme et le remplace par un autre du même modèle, que Kevin détruit.
Pourtant paru en 1990, alors que ma grande période Stephen King battait son plein, il me semble être passée à côté de ce roman dans la veine des Cujo, Christine… comme j’aime son écriture de ces années-là ! Coup de ♥️
Merci à mes éditrices de me l’avoir envoyé.
 
📷 « The World Within, Le Hangar, Place du Châtelain 18, Ixelles. PhotoBrussels Festival” , l’événement bruxellois de la photographie, revient du 21 janvier au 27 mars 2021 pour sa 5e édition. Les projets photographiques des 27 lauréats seront exposés au Hangar Photo Art Center. Avec pour thème une rétrospective 2020, le Festival explore « le monde intérieur« à travers l’Europe. Une façon de découvrir différentes visions de la vie en isolement en temps de Covid-19 par le biais des clichés drôles, intriguants ou créateurs de lien, que les photographes ont élaborés.
Des regards sur le monde intérieur, extérieur, sur son pays et sur l’Autre, sur des sentiments, des expériences inédites induites par le confinement… les photographes venus des quatre coins de l’Europe nous proposent 27 visions de cette période inédite. Humour, réflexion, immersion dans la nature, rencontres, retours d’expériences et interrogations, s’entremêlent pour imager l’espace limité.
Je suis une grande adepte des expos photos alors quand en plus cela se joue dans la galerie en bas de chez moi… une vraie belle initiative, qui a 5 ans déjà et qui cette année, proposait aux lauréats de réfléchir, à travers leurs objectifs, à la pandémie et à la vie qui continue malgré tout. Surtout ! Coup de ♥️ notamment pour Gabriele Galimberti 🇮🇹, Philip Hatcher-Moore 🏴󠁧󠁢󠁷󠁬󠁳󠁿🇬🇧, Yann Laubscher 🇨🇭
Liste des 27 photographes lauréats : Gérome Barry, Lucile Boiron, Marguerite Bornhauser, Ferhat Bouda, Bruno Boudjelal, Sarah Bouillaud, Jean-Marc Caimi & Valentina Piccinni, Gonçalo Fonseca, Julia Fullerton-Batten, Gabriele Galimberti, Nick Hannes, Giovanni Hänninen, Philip Hatcher-Moore, Pierre Jarlan, Kíra Krász, Yann Laubscher, Lucas Lefer, Edgar Martins, Alisa Martynova, Patrick Messina, Alice Pallot, Elea Jeanne Schmitter & Le Massi, Alexandra Serrano, Frédéric Stucin, Mattia Sugamiele, Simon Vansteenwinckel et Laure Vasconi.
 
 
 
 
 
 
 
 
Share This