Quelques brèves de Fabienne

 

 

S13 – 30 mars au 5 avril 2020

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

Ironie du moment, mon neveu et filleul Léon, qui a fêté ses 8 ans le 1er avril, voulait une carte avec des places de cinéma. Comme je m’y prends toujours à l’avance (j’ai tendance à avoir fini mes cadeaux de Noël en septembre…), j’ai pu lui faire parvenir à temps ses cadeaux dont celui-ci.
Il m’a dit : Tatie, j’aurai le temps de bien les choisir les films que je veux aller voir ! Je n’ai évidemment que pu être d’accord avec lui.
Catherine et moi sommes très heureuses de lui avoir transmis notre amour du 7e art. Lire il adore déjà ça quant aux séries, hâte d’en débattre avec lui dans quelques années !

 

🎞🎥¯\_(ツ)_/¯
Alors on se rattrape sur les DVD d’acc ?

À voir ou à revoir : 

📀 « Les trois visages d’Eve » de Nunnally Johnson avec Joanne Woodward, David Wayne et Lee J. Cobb 1957

Mère et épouse, Eve White est une femme timide et effacée qui souffre de maux de tête et des trous de mémoire occasionnels. Finalement, on l’envoie consulter un psychiatre renommé, le Dr Luther et, pendant qu’elle est sous hypnose, se découvre en elle une « autre personnalité », c’est Eve Black, une sauvageonne qui ne songe qu’à s’amuser. Eve Black sait tout sur Eve White, alors qu’Eve White ignore ce que fait Eve Black. Devant cette situation, le mari d’Eve White la quitte en abandonnant aussi leur fille, Bonnie. Eve Black ayant essayé de tuer cette dernière on envoie Eve White dans un asile.
De tous les troubles mentaux, celui-ci est celui que j’ai le plus étudié et sur lequel je me suis le plus documentée. Un film en N&B très « moderne » portée par une triple prestation impeccable de Joanne Woodward qui a remporté l’Oscar de la meilleure actrice et le BAFTA Award de la meilleure actrice étrangère en 1958.
Une polémique a éclaté, émanant de la patiente, Chris Costner-Sizemore, qui a déclaré que le film n’était pas son histoire et elle a attaqué la Fox. Un bon moment cinéma !

📀 « Portrait de la jeune fille en feu » de Céline Sciamma avec Adèle Haenel, Noémie Merlant, Valeria Golino 2019

1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.
Ce film est un chef d’œuvre, maîtrisé du début à la fin. Si vous me suivez depuis janvier 2019, vous savez que je l’ai vu au cinéma à sa sortie. Il est maintenant dans ma DVDthèque aux côtés des films qui ont bouleversés ma vie de spectatrice cinéma. Coup de absolu et qu’il est doux d’aimer et d’être aimé(e)(s).

📺 « On becoming a god in central Florida » de avec Kirsten Dunst, Théodore Pellerin, Mel Rodriguez et Beth Ditto. Showtime 10 X 50’

Krystal Stubbs, endettée, gagne difficilement sa vie comme employée d’un parc aquatique. Elle va tenter de devenir riche en tirant profit du système pyramidal qui a mis sa famille sur la paille et en retournant l’arnaque contre ses créateurs.
En vrai, je me suis bien ennuyée avec cette série qui aurait mérité d’être resserrée à 6 épisodes selon moi, c’est dire. Passez votre chemin sans regret et sans vous arrêter en Floride
Finalement Clooney en producteur exécutif ne suffit pas à monter une bonne série.

📺 « MotherFatherSon » de Tom Rob Smith avec Helen McCrory, Richard Gere, Billy Howle et Sarah Lancashire, 8 X 60´, BBC2

Max possède un empire médiatique au coeur de la politique et du pouvoir britanniques. Son ex-femme Kathryn travaille dans un refuge pour sans-abri. À tout juste 30 ans, leur fils Caden dirige le journal britannique appartenant à son père.
Gros gros gros coup de pour cette série qui entre dans mon TOP 10 2020, c’est quasi certain ! Un casting 5 étoiles, une intrigue qui n’a l’air de rien mais s’étoffe d’épisode en épisode, un Richard Gere et une Sarah Lancashire à contre emploi, une Helen McCrory (Peaky Blinders) et un Billy Howle que je découvre, sérieux, il faut le donner un prix à ce comédien ! Cf les épisodes 2 et 3. Bref foncez.

📚 « Inversion », de Brian Evenson, 10/18, 2008 

Rudd, un lycéen dont le père s’est suicidé, tombe sur des articles datant du début du XXe siècle, qui font état d’un meurtre horrible commis par le petit-fils d’un des premiers chefs de l’église mormone, Brigham Young. Décidé d’en savoir plus, Rudd s’enfonce dans un passé très trouble mais tout bascule très vite lorsqu’un autre crime présentant des aspects similaires avec celui du passé a lieu.
J’ai eu du mal à rentrer dans le roman, l’ai reposé plusieurs fois sans pour autant réussir à le ranger sur les étagères. Puis je me suis un peu forcée, j’avais lu beaucoup de critiques élogieuses. C’est vers la page 100 que le livre décolle selon moi. 1/3 donc après le début, c’est long mais c’est vrai, ça vaut le coup. Vous n’aurez sans doute jamais lu ce genre de bouquin donc rien que pour ça…

🧸📚 « Chien bleu », de Nadja, Ecole des loisirs, 1989 

Charlotte a un ami qui n’est pas comme les autres. C’est un chien au pelage bleu et aux yeux verts brillants comme des pierres précieuses. Il vient la voir tous les soirs. Charlotte aimerait le garder mais sa maman s’y oppose. C’est alors qu’elle se perd dans la forêt.
Voilà un autre grand classique. Un conte surréaliste qui parle du lien unique qui relie l’enfant à son animal. Évidemment que cela me parle. Coup de

 

🎶 « You » de Ten Sharp 1991 Sony/ATV Music Publishing LLC

It’s alright with me as long as you are by my side,
talk or just say nothing, I don’t mind your looks never lie.
I was always on the run, finding out what I was looking for and
I was always insecure, just until I found
Words often don’t come easy, I never loved to show you the inside of me oh no my
You were always patience, dragging out what I tried to hide
I was always on the run, finding out what I was looking for and
I was always insecure, just until I found
You you were always on my mind, you, you’re the one I’m living for
You, you’re my everlasting fire, you’re my always shining star.
Nights always are good friends, a glass of wine and the lights down low.
You lying beside me, me full of love and filled with hope
I was always on the run, finding out what I was looking for and
I was always insecure, just until I found
You you were always on my mind, you, you’re the one I’m living for
You, you’re my everlasting fire, you’re my always shining star.
Share This