Quelques brèves de Fabienne

 

 

S11 – 16 au 22 mars 2020

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

🎞🎥 « The Invisible Man » de Leigh Whannel avec Elisabeth Moss, Oliver Jackson-Cohen et Aldis Hodge, 2020 🇺🇸
Cecilia Kass est en couple avec un brillant et riche scientifique. Ne supportant plus son comportement violent et tyrannique, elle prend la fuite une nuit et se réfugie auprès de sa soeur, leur ami d’enfance et sa fille adolescente. Mais quand l’homme se suicide en laissant à Cecilia une part importante de son immense fortune, celle-ci commence à se demander s’il est réellement mort… Elisabeth Moss est, sans doute, une des plus grandes actrices de sa génération. Fan du genre, force est de constater que ce LM n’est pas dingue. Comme j’aime bien « me faire peur » et qu’ils sont assez rares finalement les films réussis (là il est plutôt raté), du coup je passe assez rapidement en mode décorticage et là… Ici nous avons quelques (trop de) facilités, des erreurs de montage… Ceci étant dit, je nuance un peu, on sursaute quand même (2 fois au moins), on essaye de réfléchir plus vite qu’elle… J’ai beaucoup aimé les 30 dernières secondes, le gros plan sur le visage et l’idée que peut être « An Invisible Woman » pourrait naître et venger toutes les femmes ! Et puis si comme moi ou d’autres, vous voyez ma copine Delphine B. alors dites vous que vous passerez un chouette moment en sa compagnie ! 😉 copine…

A voir ou à revoir : 

📀 « Les prédateurs » de Tony Scott avec David Bowie, Catherine Deneuve et Susan Sarandon, 1983 🇬🇧
Miriam est une femme-vampire née en Egypte il y a 4.000 ans. Elle possède le don de l’immortalité et de la jeunesse. Elle vit, désormais, à New York, avec son compagnon John depuis 300 ans. John est alors frappé d’un processus accéléré de vieillissement. Afin de tenter de le sauver, Miriam rencontre la séduisante Sarah, docteur spécialiste des mécanismes du vieillissement, sur laquelle elle jette son dévolue.
Adapté du roman de Whitley Strieber, le film continue à diviser TOC ou CHIC pour moi c’est un film culte même presque 40 ans après sa sortie. On retiendra la scène d’anthologie où Deneuve et Sarandon échangent un baiser fougueux. Ah le fameux « Marcel blanc » mouillé… Coup de ❤️ éternel !

📀 « Le journal secret d’Anne Lister » de James Kent avec Maxine Peake, Gemma Jones, Anna Madeley, Susan Lynch… BBC Worldwide 2010🇬🇧🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿🏳️‍🌈
Dans le Yorkshire du XIXe siècle, une riche orpheline, Miss Anne Lister, vit avec son vieil oncle et sa tante qui espèrent tous les deux qu’elle fasse au plus tôt un très bon mariage qui la rende heureuse et leur assure un héritier, sans se douter le moins du monde que pour sa part, cette dernière espère conquérir le cœur de Miss Mariana Belcombe. Lorsque celle-ci fait savoir qu’elle va épouser par convenance le vieux et très riche veuf Charles Lawton, Anne Lister se sent trahie et réalise que, malgré tout l’amour que Mariana éprouve encore pour elle, leur relation ne mène nulle part. Avec l’aide de Tib, elle s’amuse un temps aux dépens de l’innocente Miss Browne, mais elle prend alors conscience que cette passade ne l’aidera pas à rénover le Hall de Shibden dont elle doit devenir l’héritière. Elle décide donc de prendre sa vie en main …
Anne Lister ! Je l’adore et vous ai déjà parlé de la formidable série avec Suranne Jones « Gentleman Jack ». Elle était dans mon TOP 10 2019. Ici Maxine Peake est fougueuse, impétueuse, avec cette envie chevillée au corps d’avoir une compagne à ses côtés. Jamais elle n’a renié sa sexualité et son attirance malgré les difficultés que cela engendrait. C’est une héroïne moderne au sens noble du terme. C’est beau de se battre pour ses convictions. Aujourd’hui comme hier.

Point Wikipedia sur les Journaux d’Anne Lister :
Cette œuvre abondante, tombée dans l’oubli car les volumes manuscrits étaient restés à Halifax, pratiquement illisible dans ses parties codées, n’était pas destinée à la publication. Il y a peu de phrases formées, l’ensemble est rédigé rapidement, sans souci de mise en forme. En 1967, une descendante d’une vieille famille de Halifax, Miss Vivien Ingham, découvre le manuscrit et s’y intéresse. Elle projette d’écrire un article pour l’Alpine Journal, concernant les récits d’ascensions d’Anne Lister, et un autre, plus général et plus détaillé, pour la Halifax Antiquarian Society. Mais son décès prématuré en 1969 met fin à l’entreprise, quoique les articles aient été publiés[5].
Quelques années plus tard, c’est Helena Whitbread qui assure la transcription et la publication du journal, sous le titre I Know my own Heart : the Diaries of Ann Lister, 1791-1840.
En 2011, les journaux d’Anne Lister sont ajoutés au registre du programme Mémoire du monde de l’UNESCO. La citation du registre indique que, même s’il s’agit d’un compte rendu précieux de l’époque, c’est “le compte rendu complet et douloureusement honnête de la vie lesbienne et les réflexions sur sa nature qui ont toutefois rendu ces journaux uniques. Elles ont façonné et continuent de façonner l’orientation des études britanniques sur le genre et de l’histoire des femmes. ” Au-delà de la biographie, c’est un document important sur la vie et la société du début du XIXe siècle, et le parcours d’une femme qui assume et met en pratique son indépendance. S’il n’y a pas de revendication politique ni de remise en question de la société, Anne Lister n’en est pas moins en avance sur son temps.

📺 « Dracula » de Steven Moffat et Mark Gatiss avec Claes Bang, Dolly Wells et John Effernan, 3 X 90’ BBC one Netflix 🇬🇧
Dans cette adaptation de la légende du comte Dracula, de nouvelles histoires étoffent les crimes sanglants du vampire… et mettent sa vulnérabilité en lumière.
Très mitigée ! Me suis profondément ennuyée sur l’épisode 1, ai apprécié modérément le 2 et bien aimé le 3. Suis en général assez fan des histoires de vampires 🧛🏼‍♂️ mais la série souffre pour moi d’un manque de rythme et l’épisode 2 est assez banal au niveau de la construction, l’unité de lieu réduisant de beaucoup les possibilités.
Au final, vous pouvez passer votre chemin… ou espérer qu’il y ait un jour, une série sur Sœur Agatha.

📚 « Pertes et fracas » de Johnatan Trooper, 10/18, 2009 🇺🇸
Douf a 29 ans et il est veuf. Depuis deux ans. Depuis que l’avion dans lequel voyageait Hailey a explosé en plein vol. Et depuis, Doug se noie dans l’auto apitoiement comme dans le Jack Daniel’s. Jusqu’à ce que sa petite famille débarque en force. Son beau fils, Russ, en conflit avec l’humanité entière. Sa jumelle, enceinte, qui décide de s’installer chez lui. Et sa plus jeune sœur, qui s’apprête à épouser l’ex-meilleur ami de Doug… rencontré à l’enterrement de Hailey ! Sans oublier son père, qui commence à perdre la tête et lui demande régulièrement des nouvelles de sa femme, ou encore sa voisine qui s’obstine à lui susurrer des mots cochons à l’oreille… Et que dire de ses allures d’écrivain ténébreux qui lui attirent les faveurs de la gent féminine et des grands éditeurs, grâce à sa chronique hebdomadaire “Comment parler à un veuf” qui a fait de lui une star ! Qu’il le veuille ou non, plus question de se couper des autres. Pourtant, ce n’est que lorsque Russ est précipité dans les pires ennuis que Doug reprend réellement les choses en main. Et son retour à la vie ne se fera pas sans perte et fracas…
Un roman qui se déguste comme un bonbon comme tous ceux de Trooper, découvert il y a quelques années déjà. C’est profond et enlevé, triste et joyeux. Ça parle de la vie, de la mort, de toi, de moi, de nous ! Coup de ❤️ pour celui-ci et les autres !

📚 « Play Boy » de Constance Debré Stock – 10/18, 2018 🇫🇷🏳️‍🌈
« J’ai même pas osé mettre la langue la première fois que j’ai embrassé une fille. C’était après Laurent. Avant je savais mais c’était théorique. J’ai fait un effort pour la deuxième. Je lui ai roulé une vraie pelle. Ça m’avait flattée comme un mec qu’elle soit mannequin. On progressait. J’avais toujours peur, mais moins. Sauf qu’à chaque fois on en était restées là. Ou plutôt elles en étaient restées là avec moi. Des hétéros qui se posaient vaguement la question et qui avaient calé. Des filles plus jeunes que moi, mais des filles comme moi. »
Constance Debré admire et déteste tout à la fois la famille où elle est née. Un grand-père ministre qu’elle exècre, des parents manquants, un mariage triste, et « soudain » l’homosexualité comme exutoire. Avec le langage cru que seuls les grands bourgeois adoptent pour faire « classe-crado », Constance Debré balance sa rage à la face du lecteur. Un livre court, une écriture nerveuse, et des failles qui sont autant de gouffres. Le Nouvel Obs avait titré : du cru, du brut, du cul… Pour ce triumvirat, je personnellement, je préfère Despentes.

🧸📚 « Biboundé », de Michel Gay EDL 🇫🇷
Voici la première aventure de Biboundé, le fils unique de l’empereur et l’impératrice des pingouins. Il faut le dire, Biboundé n’est pas un as de la toilette et il redoute un peu l’inspection des pingouins auquel se livre, chaque matin, le couple impérial. Ne sera t-il pas traîté de « gros dégoûtant » ? Ce que Biboundé aimerait, c’est voler comme les oiseaux ! Un jour, un très gros oiseau se pose sur la banquise… Ah, mais non, c’est un petit avion ! Que vient-il faire là ?
La mignonne petite histoire du prince pingouin 🐧 aussi facétieux qu’aventurier. Un personnage attachant qui a le droit à une petite collection.

🎶 « I believe » Cher Label Warner Bros 1998 🇺🇸
After love, after love
After love, after love
After love, after love
No matter how hard I try
You keep pushing me aside
And I can’t break through
There’s no talking to you
So sad that you’re leaving
It takes time to believe it
But after all is said and done
You’re gonna be the lonely one, oh
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
What am I supposed to do?
Sit around and wait for you?
Well, I can’t do that
There’s no turning back
I need time to move on
I need love to feel strong
‘Cause I’ve had time to think it through
And maybe I’m too good for you, oh
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Well, I know that I’ll get through this
‘Cause I know that I am strong
I don’t need you anymore
Oh, I don’t need you anymore
I don’t need you anymore
No, I don’t need you anymore
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now
Do you believe in life after love?
I can feel something inside me say
I really don’t think you’re strong enough now

Share This