La Pythie – Mélanie Chappuis

Rares et précieux sont les romans qui nous transportent par-delà nos croyances, notre réalité, notre quotidien. La Pythie de Mélanie Chappuis en fait partie. Et si cette nouvelle année était l’occasion de se laisser embarquer pour un joli voyage exotique, sensuel et spirituel ?

Éditeur : Éditions Slatkine

Nombre de pages : 192

Parution : Octobre 2018

Prix : 25 CHF ; Version ebook disponible

Pour commencer, quelques mots d’introduction sur cette créature de la mythologie grecque qui donne son titre au roman : prêtresse de l’Antiquité, la Pythie rendait des oracles dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes les 7e jour de chaque mois. Après s’être purifiée, elle entrait dans une transe sans doute liée aux émanations terrestres pour délivrer ses prophéties qui devaient être interprétées par des prêtres qualifiés.

La Pythie, de Marcello. Statue exposée à l’Opéra Garnier, Paris. Photo prise lors de l’exposition dédiée à l’artiste Marcello en 2016 à la fondation de Penthes, Musée des Suisses dans le monde, Genève.

Vous est-il déjà arrivé d’avoir la sensation de vivre un rêve ou d’avoir une vision prémonitoires ?

Tel est le sort d’Adèle, Pythie des temps modernes, à un moment bien précis : celui où, dans les bras de son amant, elle atteint l’extase ultime, cette « petite mort »… et entrevoit celle de son partenaire ! Don ou malédiction ? La vie de cette étudiante genevoise en psychologie bascule en effet le jour où elle atteint un orgasme dans une sorte de transe, baignée de lumière bleue, à l’image de la magnifique photo en couverture de l’ouvrage réalisée par Philippe Pache : une vision s’impose alors à elle, celle de la mort de son amoureux, dans une ambulance. Et comble de l’horreur, celui-ci décède quelques jours plus tard après avoir été percuté par un véhicule.

Hasard ? Prémonition ? D’abord anéantie à l’image de Nathalie, héroïne de La Délicatesse de David Foenkinos dont le conjoint mourrait dans des conditions similaires, Adèle s’interroge sur ce qui lui est arrivé passant par toutes une palette de sentiments forts : culpabilité, haine de soi, colère, profonde tristesse… Elle va alors, au fil des années, explorer différentes voies afin de comprendre ce phénomène parallèlement à ses travaux de recherche, consacrés à « L’extase, une transe » où elle démontre que la jouissance peut entraîner des états modifiés de la conscience.

Charlotte Gainsbourg, Nymphomaniac de Lars von Trier ©️DR.

Ainsi, Adèle commence par valider le fait que tous ses orgasmes la conduisent bien à cet état de transe qui lui font visualiser la mort de son partenaire. Comme c’est malheureusement bien le cas, elle décide alors purement et simplement de ne plus avoir d’orgasme ! « Terminées, les petites morts annonçant la grande ». Quel intérêt de vivre un plaisir suprême si, dans le même instant, on sait que ce bonheur n’est pas destiné à durer pour la vie ? André Gide aurait dit qu’ « Un beau moment ne peut être suivi que d’une belle éternité ». Aussi, entre un partenaire effrayé par sa prédiction ou un autre en furie, le sexe sans extase a pu sembler la solution !

Quelques temps plus tard, nouvelle expérimentation pour Adèle, l’intimité partagée avec une femme. Et là, l’orgasme est atteint sans vision mortuaire ! Si Adèle s’en réjouit immédiatement, sa partenaire, informée des précédentes visions, en est à l’inverse extrêmement contrariée, pensant qu’Adèle lui cache quelque chose.

Confrontée à ce nouvel échec, ajouté à sa stérilité révélée lorsqu’elle était adolescente, Adèle est prête à tout et expérimente une troisième voie, le commerce de ses visions pour des clients désireux de connaître le jour et les conditions de leur mort.

« Chez elle, pas de source, pas de vie, pas d’amour, seulement la mort, la luxure et l’odeur sale de l’argent ».

Une voie qui se révèle particulièrement dangereuse pour son intégrité physique et psychique. Profondément meurtrie, dépourvue de perspectives, Adèle, devenue ethno-psychologue, réalise enfin une chose essentielle : si elle est bien parvenue à démontrer que l’extase pouvait conduire à la transe, rien n’explique néanmoins scientifiquement que cette dernière lui fasse entrevoir de manière précise la mort de ses amants.

Hypnose ©️Victor Tongdee. Getty Images

Et si l’explication était ailleurs ? Guidée par son cher directeur de thèse, Adèle expérimente alors une autre voie, celle de l’hypnose qui, elle aussi, influe directement sur sa conscience lui donnant un aperçu de tout un monde intérieur qu’elle ignorait totalement.

Et ce qu’Adèle cherchait depuis tant d’années la conduit finalement à ses propres origines. Car si elle est née en Suisse, sa grand-mère maternelle adorée, son abuela, venait du Chili, un pays clairement rejeté par sa mère, Marisa. Et c’est enfin auprès d’elle qu’elle obtient, des années après avoir vécu sa première transe, un début de réponse à ses tourments. La mémoire traumatique recèle en effet des mystères insondables que la littérature explore, encore dernièrement dans le superbe livre de Cathy Galliègue, « Et boire ma vie jusqu’à l’oubli ».

« La mémoire ne se donne qu’à ceux qui consentent à se souvenir » souligne Mélanie Chappuis. Rien n’est moins vrai et c’est la dernière expérience à laquelle se livre Adèle en partant au Chili, à l’ombre des pehuen, sur les traces de ses ancêtres, les Mapuches. C’est dans ce pays qu’elle découvre enfin la raison pour laquelle la mort de ses amants s’invite dans ses transes.

Dernière partie du livre, elle est aussi la plus exotique, un voyage spatio temporel aux allures surnaturelles, enchanteur, où la véritable identité d’Adèle se révèle.

 

Ces Pehuen, conifères de la Cordillère des Andes, « sont les gardiens de la civilisation Mapuche »

Découverte avec son précédent opus, « Ô vous, sœurs humaines » (Slatkine, 2017), Mélanie Chappuis m’a à nouveau totalement séduite et même envoutée avec cette Pythie, son sixième roman, un livre riche, aux multiples facettes.

Figure des machis, qui sont aux Mapuches ce que les pythies étaient aux grecs, Adèle part en quête de ce qui la constitue, à commencer par son plaisir et sa maîtrise puis, plus fondamentalement, de son identité même. Mélanie Chappuis s’attache à dessiner cette quête personnelle et essentielle d’une plume sensuelle et délicate, parfois érotique et poétique, magique ! Elle évoque avec talent dans ce roman la nécessité impérieuse de connaître nos origines pour nous construire et trouver notre équilibre et les désastres que peuvent causer les secrets de famille, les épisodes cachés pourtant imprimés dans nos mémoires. Elle évoque aussi, ce faisant, l’importance de ce que nous transmettons à nos enfants.

La Pythie est donc l’histoire d’Adèle, et d’un cri. Un cri qui a traversé les siècles.

Et les océans.

©Michel Jouvet

À propos de l’auteur

 

 

Née à Bonn en 1976, Mélanie Chappuis a passé son enfance entre l’Amérique latine, l’Amérique du Nord et l’Afrique de l’Ouest, avant de s’installer en Suisse où elle vit actuellement. Elle est journaliste et auteur de plusieurs romans, recueils et textes de théâtre. Elle a notamment obtenu le prix de la relève du canton de Vaud pour Maculée conception, publié en 2013 aux éditions Luce Wilquin.

J’ai eu la chance d’écouter Mélanie parler de son livre La Pyphie pour la première fois en public et nous en faire de délicieuses lectures chez Sandrine Senges qui anime à Genève le Cercle des lectrices bienveillantes – 18 octobre 2018

Le passage lu ici par Mélanie, dans cette vidéo très amateur (!) mais qui nous donne la chance de l’entendre, porte sur la première transe d’Adèle, la plus importante symboliquement. Frissons garantis !

 

Le Gospel d’Alela Diane « My Tired feet » (l’une des versions originales peut être écoutée ci-dessous) qui a bercé Mélanie durant l’écriture de La Pythie, a été magnifiquement interprété par le groupe Aliose lors du vernissage du livre de Mélanie Chappuis chez Payot et de lectures qui en ont été faites ensuite au café Slatkine à Genève.

À découvrir sur scène où il se pourrait bien qu’ils intègrent cette chanson à leur répertoire…

Ce gospel, interprété par Alela Diane, a accompagné Mélanie Chappuis durant l’écriture de son roman. À écouter aussi pendant sa lecture pour être encore davantage transporté !

Recevez mes chroniques par mail pour vous inspirer !

Une fois par semaine directement dans votre boîte mail.

Votre inscription a bien été prise en compte

Share This