Quelques brèves de Fabienne

 

 

S30 – 27 juillet au 2 août 2020

 

 

 

Un peu de culture dans ce monde de brutes.

 

🎥🎞😷  « Madre » de Rodrigo Sorogoyen avec Marta Nieto, Jules Porier et Anne Consigny… 🇪🇸🇫🇷
Dix ans se sont écoulés depuis que le fils d’Elena, alors âgé de 6 ans, a disparu. Dix ans depuis ce coup de téléphone où seul et perdu sur une plage des Landes, il lui disait qu’il ne trouvait plus son père. Aujourd’hui, Elena y vit et y travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal. Jusqu’à ce jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle furieusement son fils disparu…
Depuis quelques années les cinéastes espagnols proposent une vision très intéressante de la vie, de la mort, de la folie ou encore de l’amour… ce film parle du deuil impossible pour une mère, celui de son enfant. C’est beau, prenant et triste. Suite logique du court métrage du réalisateur, ce film parle du poids du passé, de la résilience sous tendu par des ressorts psychologiques qui frôlent parfois avec le thriller. J’ai passé un bon moment cinéma et n’oublierai jamais les 15 premières minutes de ce film qui sont d’une intensité rarement égalée. Coup de ❤️


À voir ou à revoir :

📀 « Into The wild » de Sean Penn avec Émile Hirsh, William Hurt et Marcia Gay Harden. 2007 🇺🇸
Tout juste diplômé, Christopher McCandless, 22 ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l’existence confortable et sans surprise qui l’attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui. Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres.
Se situant entre le film indépendant et le drame familial grand public, ce film, adapté d’un récit de Christopher Mc Candless, a été une de mes grandes claques cinématographiques de l’année 2007. Il trouve tout son sens dans les périodes troublées que nous avons vécues et que nous vivrons encore avec un retour à la vie sauvage espérée et voulue jusqu’au sacrifice suprême lorsque nous n’y sommes pas préparés. Une ode à la nature peut-être mais surtout une critique d’une société de plus en plus sectaire creusant un fossé sans cesse plus grand entre les gens.
Pour la petite histoire : le mois dernier (20/6/20), on apprenait par voie de presse (Le Monde) que : « Jugé trop dangereux pour les curieux mal préparés qui lui vouaient un véritable culte, le « Magic bus » a été déplacé dans les airs par un hélicoptère. Situé au bout du chemin de randonnée Stampede en Alaska, le bus avait fini par attirer de plus en plus de curieux, pas toujours bien préparés ». Entre 2009 et 2017, quinze opérations de secours en lien avec le fameux véhicule ont dû être organisées, selon les autorités locales. Certains ont même trouvé la mort, comme des voyageurs venus de Suisse et de Biélorussie, en 2010 et 2019, noyés lors d’expéditions pour tenter de trouver le fameux bus. Sinon, vous l’avez compris, c’est un coup de  d’alors et de toujours !

📺  « Billions » de Brian Koppelman avec Damian Lewis, Paul Giamatti, Maggie Siff 5 saisons 49 X 60’ Showtime 🇺🇸 (S5 1/2 saison)
Dans le monde de la finance, Chuck Rhoades, un procureur fédéral de New York, affronte certains des plus riches gestionnaires de fonds d’investissement des Etats-Unis. Dans sa ligne de mire, l’ambitieux et brillant Bobby Axe Axelrod.
Le jeu du chat et de la souris entre ces deux ennemis jurés qui se partagent les faveurs d’une seule et même femme, mariée à l’un, psychologue dans l’entreprise de l’autre. Qui manipule qui ? Qui est plus sombre, et dangereux, et retors que l’autre ?
J’étais passée à côté, je me suis donc fait l’intégrale des 5 saisons. Ma critique est donc globale. Une série où on passe quand même son temps à mesurer ce qu’il y a dans le pantalon de l’autre et à comparer… qui gagne plus ? Qui est le plus fort ? Mais une fois ceci mis de côté, une intéressante plongée dans le monde des traders et des procureurs fédéraux. Les femmes, lorsqu’elles sont présentes, font bien avancer l’histoire malgré des saisons assez inégales. La S3 par exemple est un ratage complet. Le casting des guests est vraiment pas mal ! Mitigée donc mais à voir, je pense, pour votre culture « séries » !

📺  « Billions »  de Brian Koppelman avec Damian Lewis, Paul Giamatti, Maggie Siff 5 saisons 49 X 60’ Showtime 🇺🇸 (S5 1/2 saison)
Dans le monde de la finance, Chuck Rhoades, un procureur fédéral de New York, affronte certains des plus riches gestionnaires de fonds d’investissement des Etats-Unis. Dans sa ligne de mire, l’ambitieux et brillant Bobby Axe Axelrod.
Le jeu du chat et de la souris entre ces deux ennemis jurés qui se partagent les faveurs d’une seule et même femme, mariée à l’un, psychologue dans l’entreprise de l’autre. Qui manipule qui ? Qui est plus sombre, et dangereux, et retors que l’autre ?
J’étais passée à côté, je me suis donc fait l’intégrale des 5 saisons. Ma critique est donc globale. Une série où on passe quand même son temps à mesurer ce qu’il y a dans le pantalon de l’autre et à comparer… qui gagne plus ? Qui est le plus fort ? mais une fois ceci mis de côté, une intéressante plongée dans le monde des traders et des procureurs fédéraux. Les femmes, lorsqu’elles sont présentes, font bien avancer l’histoire malgré des saisons assez inégales. La S3 par exemple est un ratage complet. Le casting des guests est vraiment pas mal ! Mitigée donc mais à voir, je pense, pour votre culture « séries » !

📚 « Hex » de Thomas Olde Heuvelt, Le Livre de poche, 2013 🇳🇱

Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu’à la mort.
Quiconque y vient n’en repart jamais.
Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s’y sont tellement habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra.
Souvent nous avons le droit à une maison hantée, une personne, ou un animal « zombie / zarbi » qui vient traumatiser les protagonistes de l’histoire (Stephen King fait ça très bien) mais rarement avec toute une ville. Bienvenue donc à Black Spring où Katherine, une sorcière retient tout le monde en otage. Je n’ai pas eu peur, pas même frémi mais c’est une genre littéraire que je pratique depuis des années. Si c’est votre premier alors ça devrait fonctionner sur vous ! Tremblez !!!

 

🧸📚 « Frida »  Sébastien Perez et Benjamin Lacombe Albin Michel Jeunesse, 2016 🇫🇷
L’une des plus grandes figures de l’art mexicain du XXe siècle inspire Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour leur nouvelle collaboration. Pour lui rendre hommage, Benjamin Lacombe propose une immersion inédite dans le processus créatif de l’artiste. Une succession de pages découpées et un texte poétique nous entraînent dans les profondeurs de l’âme de Frida Kahlo. À la manière d’un recueil de pensées, le livre explore les thématiques qui sont chères à Frida : l’amour, la mort, la terre, les animaux… Sébastien Perez insère dans son texte des phrases extraites des correspondances de Frida pour restituer de la façon la plus sincère et vraie ce que l’artiste ressentait ” par-devers elle et face à elle “.
Un album sublime. Tout simplement ! Coup de ❤️.
Et puis j’ai travaillé sur Frida ce printemps alors cela m’a touchée !

 

 

 

Siddharta

🎶 « Paris-Seychelles », Julien Doré Columbia 2013 🇫🇷
Te sourire dehors, à Angoulême
Un Chasse-Spleen Melchior, Paris-Seychelles
Découvrir ton corps, depuis la Seine
Du sombre décor, Lucrèce et Rennes
On s’était dit des choses
Que l’on ne tiendra pas
Le temps que l’eau se pose
Sur nos ronces lilas
Le soleil s’endort, sur Seychelles
Le sable et l’aurore, fleur de sel
Attends-moi je sors, de l’île aux Serbes
L’orage est de l’or, pour se perdre
I need you so
I won’t let you go, oh wow
I need you so
I won’t let you go, oh wow
I need you so, whoa
I won’t let you go, oh wow
I need you so
I won’t let you go, oh wow
Souffrir la mort, pour te plaire
Défendre nos torts, et puis se taire
Le désir encore, pour l’hiver
Un chaos d’efforts, sur Saint-Hilaire
On s’était dit des choses
Que l’on ne tiendra pas
Le temps que l’on se pose
Sur nos lauriers mayas
On s’était dit des choses
I need you so, whoa
I won’t let you go, oh wow
I need you so, whoa
I won’t let you go, oh wow
I need you so
I won’t let you go, oh wow
I need you so
I won’t let you go, oh wow
On s’était dit des choses
Que l’on ne tiendra pas
Le temps que l’eau se pose
Sur nos ronces lilas
Merci
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh (allez!)
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
Oh, oh
I need you so, whoa
I won’t let you go, oh wow
I need you so, whoa
I won’t let you go, oh wow
I need you so
I won’t let you go, oh wow
I need you so, whoa
I won’t let you go

Share This